Les différentes phases de l’overdose d’héroïne

écrit par Jimmy Kempfer, le 23-01-2013 Thème : Heroïne, Conseils.

En général, une overdose se passe souvent en 4 phases plus ou moins rapides:

  1.   Somnolence irrésistible ou «défonce comateuse» mais réaction aux stimuli ;
  2.   Inconscience avec respiration et pouls faible ;
  3.   Respiration nulle ou très faible ;
  4.   Arrêt cardiaque.

Il existe cependant de nombreux cas de figure. La personne peut rester au stade 1, passer progressivement d’un stade à l’autre, revenir à elle et retomber dans le coma. Alternativement. Ou se retrouver en arrêt respiratoire en quelques secondes (en cas de gros shoot après une consommation d’alcool par exemple) et décéder.

Phase 1

La personne pique du nez de façon grave. Elle se sent irrésistiblement partir. Elle a beaucoup de mal à garder les yeux ouverts, ne marche qu’avec peine, s’endort en parlant. Ses propos sont incohérents…
Dès qu’on la laisse, elle a tendance à s’écrouler et à sombrer dans l’inconscience. Elle est pâle. Sa respiration est lente et faible, mais se maintient à un rythme régulier (3 à 5 fois en 15 secondes).

Que faire : Stimuler intensément la personne en lui parlant vivement.-«-Reste avec nous-!…-», certaines stimulations comme «-Attention, y a les flics-» sont parfois étonnamment efficaces. La secouer, la faire marcher et respirer profondément. Passer un tissu imbibé d’eau froide sur sa nuque. Si elle glisse vers la phase 2, appeler immédiatement le Samu (le 15 depuis un poste fixe ou le 112 depuis un portable). Dans tous les cas, maintenir la surveillance et la stimulation. Si la personne est allongée, surélever ses jambes. Veiller à dégager sa bouche (appareils dentaires, aliments).

Phase 2

La personne est écroulée comme une masse.

Appeler le 15 ou le 112 : quels risques?

En principe, si vous expliquez qu’une personne est inconsciente, la police ne vient pas. Par contre, elle viendra s’il y a décès, avec tous les problèmes que cela peut représenter pour celui qui a fourni la came

On a beau la secouer, elle réagit juste par une vague plainte, lorsqu’on la gifle par exemple. Elle paraît totalement inconsciente, respire très faiblement (moins de 3 fois en 15 secondes) ou irrégulièrement. Ses yeux se révulsent. Le visage est très pâle, les lèvres bleues et les oreilles ont tendance à blanchir. Les extrémités peuvent être froides. Son pouls est très faible.

Que faire : Avant tout, veiller à ce qu’elle soit totalement à l’aise pour respirer. Dégrafer sa ceinture et tout ce qui pourrait la gêner. Veiller à dégager sa bouche (appareils dentaires, aliments). Appeler le Samu, mettre la personne en position latérale de sécurité et rester avec elle. Ne pas cesser de la solliciter, la stimuler…

Phase 3

La personne ne réagit plus et sombre peu à peu dans l’inconscience totale. La respiration est très faible. Les yeux ont tendance à se révulser. Le visage est très pâle. Les lèvres peuvent être bleuâtres. Les extrémités peuvent être froides…

Que faire : Appeler immédiatement le Samu, pratiquer la respiration artificielle.

Phase 4

La personne ne respire plus. Son coeur ne bat plus.

Que faire : Appeler immédiatement le Samu. Pratiquer la respiration artificielle, voire un massage cardiaque mais uniquement si vous êtes expérimenté sous peine d’aggraver la situation. Rester avec la personne jusqu’à l’arrivée des secours. Donner un maximum de renseignements sur les produits consommés. Collectez les boîtes, médicaments et produits que la personne est susceptible d’avoir consommés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six − 3 =

4 Commentaires

  1. Poignant

    Bonjour,
    Vous décrivez les différentes phases d’une overdose d’héroïne.
    Je voudrais savoir si une personne présente dans la pièce où sont en train de se dérouler les faits, proche de la victime et consommatrice de drogue elle-même peut se douter qu’il se passe quelque chose d’anormal.
    Merci.

    Répondre
    1. Fabrice Olivet

      Oui bien sûr, c’est même aux consommateurs de s’alarmer en premier car ils connaissent (en principe) les symptômes de l’OD d’opiacés. Le principal problème réside dans le degré de lucidité des personnes en question. Quelquefois, elles sont elles mêmes tellement défoncées, que tout ce qui est situé à plus d’un mètre de leur vision périphérique sombre dans un brouillard noyé d’euphorie somnolente. Quand on est « high », on oublie le caractère périlleux de la conso d’héro. Il existe également des OD discrètes où la perte de conscience ressemble de l’extérieur à un piquage de zen prolongé.
      Néanmoins la plupart des OD sont repérées par des usagers qui consomment dans la même pièce, les symptômes comme le râle, la perte de connaissance, voire les convulsions, ne laissent pas de place au doute. Hélas, en cas d’overdoses, des sanctions pénales lourdes pèsent sur les personnes présentes, soupçonnées d’être complices du délit qui a occasionné l’accident. Si elles sont à l’origine de la vente ou de la cession du produit c’est une inculpation d’homicide qui plane.
      En cas d’od mortelle les sanctions se comptent en années de prison ferme d’où la tentation de ne pas appeler les secours car les services de santé ou les pompiers sont tenus de signaler les overdoses aux forces de polices.Il est remarquable que la loi sanctionnant la non assistance à personne en danger est totalement contradictoire avec la pénalisation des drogues en cas d’overdose. Si vous vous pliez aux exigences de la loi vous risquez la taule!

      Un cas fréquent est de conduire la personnes au guichet des urgences et de prendre la fuite au risque d’êtres retenu par un infirmier zélé.

      Donc la réponse à votre question ( chantalpoignant@yahoo) est oui une personne présente elle même consommatrice peut se douter de l’oD, à condition d’être en état de le faire, mais elle peut aussi avoir la tentation de s’esquiver pour éviter de lourdes sanctions.

      Répondre
      1. Poignant

        Merci pour votre réponse complète, précise.

        Répondre
        1. john reborn

          moi dans un cas pareil j’appelle le SAMU (pas les pompiers car la police suit en général) et je me casse vite fait en laissant un mot qui explique ce que le zig a pris (et avant de me casser je fais « le ménage »!)

          Répondre