Opération testing au teknival

écrit par Jamel Lazic, le 23-10-2016 Thème : Analyse.

UN EXEMPLE CONCRET, EFFICACE ET AUTOGÉRÉ POUR RÉDUIRE LES RISQUES

Jeudi 30 avril 2015, quelques teufeurs venus de toute l’Europe chargent un camion, direction le traditionnel teknival du 1er mai, grand-messe technoïde de trois jours. Dans leur coffre, une collection de petits flacons au statut légal ambigu : des réactifs colorimétriques…

Nul besoin d’avoir des dons de voyance pour savoir que, malgré les barrages policiers et les brigades cynophiles qui ceintureront le teknival, un large panel de produits psychoactifs sera disponible mais qu’on y trouvera aussi un nombre impressionnant d’arnaques… En effet, ces grands évènements tekno « encadrés » par l’État et annoncés au journal de 20 heures attirent comme des mouches les pseudo-dealers, opportunistes en tout genre, adeptes de la carotte médica… menteuse aux Nouveaux produits de synthèse (1) (NPS), induisant des risques non-négligeables pour les consommateurs.

 

UN VÉRITABLE OUTIL DE RDR

C’est ce qui a décidé un petit groupe d’amateurs de musique techno et de membres d’associations de RdR venus de toute l’Europe à tenter de pallier aux manques de dispositif d’analyse de drogues en France, en proposant un service d’analyse par testing directement sur le teknival. Interdite pour les associations de RdR depuis 2004, l’utilisation de réactifs colorimétriques demeure accessible aux particuliers. C’est donc en leur nom propre que les participants ont mis en place une « opération testing », à laquelle j’ai pu assister – en tant qu’observateur – afin de produire une évaluation chiffrée de l’action. Armé de fioles de réactifs (2), notre collectif informel s’installe dans une tente discrète au beau milieu du teknival. Rapidement, le bouche à oreille fonctionne (« dans la tente bleue, tu peux faire tester tes prods ») et tout au long de la nuit, défileront des teufeurs soucieux de savoir ce qu’ils s’apprêtent à consommer, des dealers-consommateurs conscients du danger de vendre des taz frelatés, ou encore des petits veinards adeptes de la recherche matinale de pochons trouvés sur le sol les matins de festival.

monsieur_vertEn tout, c’est plus de 80 tests qui auront ainsi été réalisés, majoritairement sur des comprimés d’ecstasy. Parmi les échantillons, environ 50 % ont produit une réaction non-conforme qui a permis d’établir qu’il s’agissait d’arnaque. Devant un tel résultat, la réaction des teufeurs est édifiante : 85 % des personnes détruisirent le prod devant nous. Un public qui a reçu en direct et en amont de la conso des conseils de RdR. Lorsque la réaction était conforme à celle qui était attendue, les testeurs informaient la personne des limites de la technique (risque d’erreur et/ou de problèmes liés à la concentration d’un composant). On peut donc s’interroger sur la valeur de l’argument de « fausse sécurité » qui avait valu au testing son interdiction.

Alors oui, le testing est limité, mais comment ne pas admettre que, bien réalisé, c’est un véritable outil de RdR qui a sa place dans les associations ? Et, si c’est bien l’impression de fausse sécurité qui pose problème, comment comprendre qu’il ait été interdit pour les assos de RdR (pourtant les plus à même de l’utiliser en rappelant ses limites) et laissé aux particuliers sans autre encadrement que les notices d’utilisation des fabricants qui, eux, les présentent à grand renfort de marketing et sans jamais en montrer les limites ?

Notons aussi que, pendant que nos ravers fabriquent leur propres mélanges de produits chimiques et galèrent à tenter d’identifier les composants des produits qu’ils consomment, la gendarmerie disposait d’un coûteux laboratoire d’analyse mobile de pointe sur site (3), évidemment dans un but purement répressif…

 

Références

1) Parmi les plus connus, citons la méthoxétamine (MXE) vendue pour de la kétamine et les N-Bomes vendus pour du LSD.
2) Faciles à faire en Diy (ajouter avec précaution 100 ml d’acide sulfurique concentré SGH05 à 5 ml de formaldéhyde à 40 %) ou à acheter sur le Net (safetest4, reagentestuk, 10 % de réduction avec le code Technoplus10).
3) France 3 Nord Pas-de-Calais, 03/05/2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− quatre = 3

Aucun Commentaire