Tabac et réduction des risques

écrit par ASUD, le 23-01-2013 Thème : Tabac, Conseils.

Modes de consommation

Si la façon la plus commune de consommer le tabac est de le fumer, on peut également le chiquer, le sucer ou le priser. Alors évidement vous hasardez pas à chiquer votre paquet de goldos ou à sniffer les camels de votre frangine. Le tabac doit être préparé pour être ainsi consommé. L’avantage est qu’on peut consommer partout sans gêner personne mais priser provoquerait des cancers des fosses nasales et chiquer des cancers de la bouche! Satané cancer, toujours en embuscade, prêt à nous tomber dessus dès qu’on dégaine un brin de tabac. Cependant le » tabac à sucer », en fait des gommes à la nicotine auraient démontré une certaine efficacité à faire décrocher de la cigarette.

En Suède le « snuss » est consommé par des millions de personnes et le pays a le plus faible taux de cancer de l’Europe. L’effet du « snuss » est décrit comme plus stimulant qu’une cigarette, et il est parait-il plus difficile d’arrêter. Une sorte de méthadone du tabac? Mais pas de bol le « tabac à sucer » est interdit en Europe, la Suède ayant obtenu seule une dérogation pour son snuss. Mais rien ne vous empêche (si ce n’est le bon sens!) de mastiquer vos patchs à la nicotine… ou plus raisonnablement d’en acheter via internet

Modes d’action

Fumer provoque une absorption très rapide ( moins de 5 secondes) dans le sang du principe actif du tabac la nicotine. L’effet est un peu plus lent quand il est chiqué ou priser. Un des principaux problème du tabac vient du fait qu’on le fume en général. Et inhaler de la fumée – quelle qu’elle soit – ne peut être bon, c’est du pur bon sens. Mais avec le tabac, ça se corse. La combustion d’une cigarette entraine la libération de plus de 4000 produits chimiques dont 50 cancérigènes, et ce sans compter les nombreux additifs que ne se privent pas d’utiliser les cigarettiers.
La nicotine, principal alcaloïde de la plante elle, est responsable de l’addiction et des effets du tabac. La nicotine est en réalité un poison des plus puissants. Une vingtaine de clopes infusées vous tue n’importe quel bonhomme. La nicotine est aussi responsable de l’effet psychostimulant du tabac. L’effet est de courte durée, mais il augmente la vigilance et la capacité de réflexion. La nicotine a aussi un effet antalgique (elle facilite la libération des endorphines) un effet éveillant, un effet coupe faim et un effet antidépresseur. Contrairement à l’alcool, la nicotine n’est pas neurotoxique, enfin une bonne nouvelle!

Tabac et réduction des risques

Si on a pu en France réduire sérieusement les nuisances liés à l’usage d’héroïne, en instaurant une politique pragmatique de réduction des risque pourquoi ne pourrait-on faire de même avec le tabac? Mais il est bien difficile d’obtenir des informations à ce sujet. Recherchez sur internet les mots clé tabac, cigarettes , réduction des risques et vous reviendrez bredouille ou presque. Aucun conseils pour éventuellement modifier sa consommation, qualitativement ou quantitativement. Rien, nada. Ou tu fumes et tu n’es qu’un sagouin de toxicomane, ou tu arrêtes et retrouve l’estime de la société. C’est la loi de l’abstinence comme solution unique, ce qui devrait raviver les souvenirs (pas les meilleurs) de pas mal de nos lecteurs. D’après les spécialistes, la durée de consommation serait un facteur bien plus déterminant que la quantité quotidienne consommée.
Alors ça, ça m’en bouche un coin: moi qui était tout fier de de plus fumer que 10 clopes par jour au lieu de 40 on m’explique maintenant que ça ne sert à rien! Avec ce raisonnement quelqu’un qui fume 2 à 3 clopes par jour depuis 40 ans serait plus intoxiqué que celui qui se tartine ses trois paquets jour mais entrecoupé de périodes d’abstinence serait frais comme un gardon! Je me demande parfois si c’est vraiment le tabac qui nous intoxique… La façon d’inhaler est déjà à coup sûr un facteur déterminant: selon qu’on aspire plus ou moins profondément et plus ou moins longtemps modifie forcément le degré d’intoxication. Il est est aussi recommandable de ne pas fumer ses cigarettes jusqu’au filtre, les dernières bouffées étant les plus toxiques. Idéalement il faudrait les écraser à la moitié, mais vu la cherté du produit cette recommandation risque fort de tomber à l’eau.
C’est comme avec la poudre: quand elle est chère les usagers ont tendance à se l’injecter, quand les prix baissent ils la fument. Aujourd’hui les consommateurs de tabac un peu fauchés (genre jeune, chômeur, RMIste, smicard) se rabattent sur le tabac à rouler. Je ne sais si le tabac à rouler est plus nocif que la cigarette classique, mais il est en général fumé différemment: souvent sans filtre, et en rallumant plusieurs fois la même cigarette ce qui est très mauvais! Au rythme ou filent les augmentations, il sera bientôt moins couteux de fumer du cannabis que du tabac!
Un outil comme le vaporisateur pourrait être intéressant pour consommer du tabac, mais bye bye la fumée et c’est un peu compliqué de se balader avec un vapo dans la poche! Quant aux cigarettes prétendument sans additifs elles seraient tout autant nocives que les autres, tout comme les beedies, ces petites clopes indiennes un temps à la mode. Les spécialistes disent qu’il faudrait arrêter de fumer au plus tard avant 44 ans (pourquoi pas 45?) pour peu à peu retrouver l’ espérance de vie d’un non-fumeur. Mais ça vous l’entendrez pas souvent, c’est pas bon pour la prévention! De toute façon les il est déjà démontré statistiquement que plus on avance en âge moins on fume: entre 20 et 29 ans 49% des hommes fument, ils ne sont plus que 18% entre 60 et 70 ans.

JI Air ( ASUD JOURNAL N° 26)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− cinq = 4

7 Commentaires

  1. Eve

    Bonne article qui n’est pas dénué d’humour. Je ne connaissais pas le « snuss ». Concernant la nicotine, des travaux ont montré qu’elle n’étaient pas addictive seule. C’est combiné avec des additifs que les cigarettiers ajoutent(par hasard?) que la nicotine rend dépendant. A ce sujet, pourquoi n’évoquez vous pas le cas de la cigarette électronique ? Il y a diveses recherches sur la cigarette électronique qui lui annoncent un avenir prometteur pour les futurs fumeurs. A moins que l’industrie du tabac ne s’en empare pour y ajouter quelques substances (au hasard).

    Répondre
    1. ASUD

      Merci pour votre commentaire. Cet article est en fait plus ancien que ne le laisse supposé sa date de publication car nous venons de refaire notre site web. Il a été écrit bien avant l’apparition de la cigarette électronique qui il est vrai mériterait que l’on s’y intéresse.

      Répondre
  2. Adele

    Je n’avais moi non plus jamais entendu parlé des « snuss ».
    La nicotine en elle même est en effet sans réel risque, le charbon et le goudron présent dans les cigarettes électroniques sont la source première du cancer sur les cigarettes classique.

    Répondre
  3. Algo

    Moi aussi je pensais trouver ici des avis éclairés sur la cigarette électronique en tant qu’outil de réduction des risques du tabagisme !
    D’autant que les pouvoirs publics (En France ou en Europe) font un amalgame total entre tous les modes de consommation de nicotine..

    Répondre
    1. Fabrice olivet

      A priori, il semble que la cigarette électronique aide de nombreux utilisateurs à baisser leur consommation. hélas les Ayatollahs de la lutte contre le tabagisme pense que tout ce qui n’est pas une soumission absolue au Dieu abstinence relève du blasphème pur et simple. dernièrement lors d’un congrès d’addicto où j’ai eu le malheur de défendre le principe de la réduction des risques pour tous les produits, à savoir l’accompagnement vers une consommation festive et le non-jugement, l’un de ces croisés au regard légèrement halluciné, m’a ciblé en débutant son intervention d’un
      « pour le tabac c’est tolérance Zéro ». En gros la RDR c’est bon pour l’héroïne ou le crack , des drogues pour débutants, mais avec le tabac , fini de rire là on revient aux choses sérieuses , l’abstinence voire la prohibition, pourquoi pas ?
      Bref, il est terrible de constater qu’une certaine interprétation intégriste de l’approche addicto nous conduit tout droit à l’ hygiéniste. Dans ce registre, certains tabacologues sont déchaînés car en plus ils trimballent une succursale complotiste sur l’air  » les grands méchants de l’industrie du tabac qui manipulent toute la planète ». Donc peu de place au rationnel pour répondre à la question :

      la cigarette electro…nique t elle moins que la bonne vieille clope? ( je sais c’est façile)

      Répondre
  4. Benjamin

    Pour faire original moi non plus je n’avais jamais entendu parlé des « snuss »…
    En tout cas[url=http://www.top-cigarette-electronique.com/]la cigarette électronique[/url] est vraiment un produit miracle pour tous les fumeurs, mais il faut vraiment choisir des e-liquides de bonne qualité, Français si possible afin d’éviter tout mauvaise surprise!

    Répondre
  5. Vapoteur

    Apres avoir perdu leur pseudo combat scientifique contre la cigarette électronique le lobby du tabac tente de s’en prendre au e-liquide mais bon leur « armée » commençant déjà a vaciller les fabricants de tabac se lance dans le commerce de la clope électronique … un peu tard je pense …

    Répondre