Speed et réduction des risques

écrit par Jimmy Kempfer, le 23-01-2013 Thème : Speed / Amphétamine, Conseils.

Effets et descentes

Quels que soient les modes de prises (shoots ou cachetons) les speeds provoquent un flash très puissant appelé aussi montée.

Une chaleur envahit tous le corps et la tête en particulier. On a tout à coup une impression de bien-être qu’on a envie, en général, de partager . Selon les produits et aussi votre caractère, tout au long de la défonce, vous allez vous mettre à raconter votre vie et cela depuis votre enfance ou vous prendrez votre gratte et aurez l’impression d’être le meilleur et d’avoir fait le meilleur bœuf de votre vie. Ça y est, votre carrière commence et vous savez à qui vous adresser et comment faire. Quoiqu’il en soit, vous avez tout compris et, promis, sûr et certain vous prendrez les décisions qui s’imposent. Tout vous paraît facile et évident. Vous pouvez aussi marcher pendant toute la nuit, écouter les bruits de la ville ou le silence, découvrir les lumières ou délirer sur les étoiles. A la différence des acides, ce ne sont pas des hallus mais une vision, une perception différente. Rien de flippant dans tout cela à moins d’être mal entouré comme pour tout. Quant aux relations sexuelles, elles sont stimulées et, si ça vous branche, vous assouvirez les fantasmes que jusqu’à présent vous n’aviez jamais osé entreprendre. Il est fréquent que certaines personnes, même timides, se mettent à poil et tout simplement parce qu’elles ont chaud et sont bien plus à l’aise ainsi ou qu’elles ont envie de faire l’amour.

La montée en elle-même ne se ressent que quelques minutes mais la durée les effets décrits est variable selon les produits et les quantités administrées. Mais sachez que vous en aurez pour un minimum de 6 à 8 heures voire jusqu’à 12. Les produits qui se shootent ont une durée plus courte et doivent être ré-injectés assez souvent.

Mais on ne peut pas parler de speed sans parler de descente et là, aïe, aïe, aïe ! En sens inverse, tout ralentit, une angoisse vous prend, vous êtes épuisé et pourtant vous n’arrivez pas à vous endormir car l’effet euphorique est passé mais le speed vous tient éveillé. Vous tremblez, vous devenez parano. Si vous êtes dehors, vous avez l’impression que tout le monde vous regarde. Chaque personne réagit différemment à la descente. Certains supportent, d’autres ont beaucoup de mal. Encore une fois, il vaut mieux être entouré de gens que vous aimez bien, ça passe mieux

Quelques conseils : ayez toujours un « parachute », genre calmant ou somnifère, ça aide. Restez calme. Si vous êtes avec votre petit(e) ami(e) ou même un ami, faites vous des massages, si vous en avez encore la force, ou des caresses, ça détend et décontracte les muscles qui sont très crispés. Dites-vous que ce n’est qu’un mauvais moment à passer et que ce n’est pas la peine de déprimer car tout est provoqué par le produit, le bon comme la descente.

C’EST DANGEREUX ?

Les effets secondaires sont variables selon les quantités et modes de consommation : irritabilité, nervosité, dépression, attaque de panique, désorientation, épuisement, hémorragies cérébrales, problèmes cardiaques, troubles de la concentration et de la mémoire, états confusionnels… Les doses initiales peuvent être multipliées par 100 en quelques mois.

Ils provoquent une forte dépendance

Si vous shootez, les risques d’abcès sont très importants car si ce n’est pas de la poudre, la préparation à base de cachetons est très épaisse. Il vaut d’ailleurs mieux l’éviter. De plus, il est fréquent de faire 10 à 15 shoots pendant la défonce, alors bonjour l’état des veines. Si vous le faites quand même, n’oubliez pas de changer de seringue à chaque pète et de ne pas partager votre matos. Les poussières sont aussi à craindre et elles font très mal. Vous croyez que vous aller y passer et ça peut d’ailleurs arriver. Elles sont amplifiées par l’effet du speed.

Les prises répétées de speed sont très dangereuses pour l’état mental. La parano vous guette et vous pouvez avoir des hallucinations genre delirium. En bref, on devient barge.

De plus en plus d’usagers substitués sont à la recherche du plaisir perdu et prennent donc du speed. Alors, allez-y mollo car vous risquez d’y laisser votre tête. De plus, ces produits font perdre l’appétit (risques d’anorexie) et une perte de poids importante s’en suit. Si vous n’êtes pas en bonne santé ou séro ça peut être grave. Le speed agit aussi sur l’organisme et tout problème de santé s’aggrave plus vite que la normale. Pour les dents, c’est diabolique, pire que l’héro, et la rage de dents ne tardera pas, avec en prime, une douleur multipliée. C’est valable pour toutes les douleurs.

Par ailleurs, l’abus de speed peut provoquer des hyperthyroïdies, hypertensions graves ainsi que des problèmes cardiaques.

Alors maintenant que vous êtes avertis à vous de choisir ! Et on ne répétera jamais assez les conseils de prévention : ne partagez pas votre matériel d’injection, changez de seringue à chaque shoot. Ne vous laissez pas surprendre par l’heure de fermeture des pharmacies. Le temps passe vite sous speed. Désinfectez-vous, sous speed on peut flasher sur le sang, alors prudence ! Ayez les préservatifs à portée de sexe.

Enfin L’ASSOCIATION AMPHÉTAMINE ET ECSTASY EST NEUROTOXIQUE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − trois =

9 Commentaires

  1. Paranoiak

    Salut les internautes,

    Je suis en train de vivre la pire descente due à la prise de drogue de toute ma vie.

    Je suis consomateur incontrôlé mais je me défonce le cerveau 2fois par an max.
    Mais là… je suis en mode « plus jamais » !

    J’ai passé la nuit de samedi à dimanche en soirée techno… soirée impeccable musique énorme, good people et tout et tout. mais le prix a payer maintenant est cher !

    Je vous passe les détails d’une bonne soirée saupoudrée de speed, c’est bon et c’est l ‘éclate, mais en étant un consommateur extrêmement occasionnel, j’ai réussi à prendre au minimum 2gr pour moi seul…
    D’habitude (1 à 2X/an) je me pete la tete à la mdma, et ne prend et prendra jamais d’halucinogene, c’est ma regle.

    il est 6h du matin la soirée est a son paroxysme en tout cas pour moi, et j’avale ma bombe de speed j’ai plus rien, c ma regle aussi de rentrer sans rien. Aie! une demi-heure plus tard mes potes doivent rentrer (a cause des conditions accordées par leurs femmes)…
    Je demande de me déposer un peu plus loin de chez moi histoire de marcher un peu avant de rentrer.

    ET LA le cauchemar commence …

    d’abord, je suis tellement speed que je suis incapable de me concentrer plus de 10 secondes mais le paradoxe c’est que mon cerveau fonctionne à du 300%, j’ere donc dans les rues voisines… pres de 2h pendant ce laps de temps, j’appelle mon frere parceque « les gens qui se levent me regardent depuis leurs fenetre (paranoia)… et les voitures qui passent me suivent pour faire quelque chose de mal… » bref… je fais un peu d’hallucination mais rien de violent je vois par exemple la boite aux lettres remuer les lèvres alors que c’est mon frere qui parlent au telephone…bref…

    et j’ai une crise de « moulina parolite » aigue, je vous assure que c’est un truc de dingue qui peut prêter à rire mais qui est incotrolable meme en se faisant violence, si j’avais personne a qui parler je me parlais a mois meme jusqu’a m’engeuler et a me dire de la fermer.

    et la descente est hyper longue remplie de bad, de paranoia, de stress, pour ma part pas de dépression ou vite réglée… juste un état lamentable, une lavette et nous sommes lundi 15h j’ai du dormir réellement 3 ou 4 heures
    Je devais encore dire un tas de trucs mais, je largue des infos en vrac parceque j’arrive plus a structurer mes phrases sauf celle ci mdr.

    le speed c’est de la merde…
    – celui ou celle qui aurait déjà eu cette descente parler parler parler je voudrais bien avoir son avis.
    – j’ai fumé un peu d’herbe il y a 30min et ça détends, je commence meme a avoir faim.
    – j’ai l’air d’un cadavre mais ce mot la est proscrit en déscente donc j’ai l’air d’un petit poney magic.

    -j’arrete pas de m’excuser aux potes de leur parler, d’ailleur j’me suis retenu de m’excuser de m’etre autant excuser depuis samedi..

    Celui qui est resté jusqu’ici doit certainement vivre cette descente et etre en quete d’infos qui diminuera le délais lol ‘(je suis preneur pour vos astuces) …

    j’ai voulu planer, maintenant j’dois assumer, c’est juste de la chimie…

    Merci de m’avoir lu et je ne me relirai pas donc « sorry » pour la grammaire, l’orthographe etc etc …

    Répondre
    1. Kritik

      Salut,
      Vu l’heure qu’il est et le fait que ton message est très censé montre que ton calvère devrait toucher à sa fin. Ton histoire aurait toute sa place dans le prochain numéro d’ASUD qui sort bientôt consacré aux bad trips.
      Je ne m’étale sur ce que tu a déjà compris par toi même à savoir que 2g de speed en une soirée pour un consommateur occasionnel c’est énorme. La descente de speed c’est toujours horrible à différent degré.
      En revanche ton message est intéressant en terme de réduction des risques de bad trip car si on ne peut pas faire grand chose à certains effets désagréables de la descente (nervosité, tendance parano, crampe etc.), le bad trip lui n’est pas obligatoire.
      Comme tu l’écris c’est une fois sorti du contexte festif et livré à toi même en ville que

      le cauchemar commence …

      L’environnement fait parti des facteurs déclencheurs du bad trip. Et plus souvent qu’on ne le pense. La survenu d’un bad trip ou pas est souvent imprévisible mais l’expérience et les études montrent qu’il existe des facteurs déclencheurs dont le produit en lui-même mais finalement pas plus que le reste. La plupart des conseils de réduction des risques liés à la consommation de drogues mentionnent l’importance de consommer dans un contexte rassurant entouré de gens de confiance. Cela est important en cas de problème mais aussi d’un point de vue préventif pour éviter de tomber dans le bad trip. Dans ton cas j’ai envie de dire que ton bad trip est dû à un problème de planification des effets. Car il y a des chances que si tes potes n’étaient pas rentrés et que vous seriez restés ensemble à la teuf ou bien en after pépère entre vous les effets négatifs de la descente ne se serait pas transformé en bad trip à devoir gérer tout seul. Prévoir l’après-teuf, l’après-défonce la prochain fois est la meilleure astuce que je pourrais te donner.
      Dans l’immédiat, seul un bon gros dodo règlera une partie de tes problèmes.
      A+

      Répondre
      1. Paranoiak

        Merci super ta réponse ! en fait je me sens bien mieux a chaque heure qui passent ce qui me fait me sentir mieux niveau moral donc effets positifs ! je crois bien être en effet sur les derniers mettres ^^

        j’ai des tocs qui persistent, alors que je ne suis pas un « tocard » enfin une personne souffrante quoi… (mes vannes débiles reviennent aussi +++)

        Je peux résumer ce petit séjour par : T’en a trop pris ! :)
        pour le fait de parler je suis pas encore guerri meme si il y a amélioration.

        Bon je crois que demain matin ça ira bcp mieux !

        Merci à toi !

        Répondre
        1. perkin

          Bonjour,

          Histoire de bad trip, les pires moments de ma vie sous speed

          J’avais invite un vendredi soir une amie a la maison. Ca promettait d’etre une soiree bien sympa.

          Des son arrivee elle a sorti une pipe a eau et m’a demande si j’avais deja essaye l’Ice. Je lui ai dit que non, mon maximum c’est un petit petard et parfois un peu de coke. Mefiant je lui ai demande ce que ca faisait et surtout s’il y avait des effets secondaires.

          Elle m’a dit que ca decuplerait notre plaisir sexuel et qu’il n’y avait ni accoutumance ni effet secondaire…terrible mensonge.

          Je lui faisais confiance et donc je me suis dit que tirer une bouffee ne pouvait pas me faire de mal.

          La sensation de plaisir a ete immediate et j’ai perdu tout controle immediatement. De vendredi soir a dimanche midi on a fume ensemble et meme si je ne pouvais pas avoir d’erection le simple plaisir de se toucher etait equivalent a un orgasme dans tout le corps. Pour etre parfaitement honnete je n’ai jamais eu dans ma vie autant de plaisir aussi longtemps. Je n’ai pas dormi une minute de vendredi soir a dimanche midi.

          Le dimanche apres midi je devais prendre un avion pour aller a l’etranger. J’etais en forme, gonfle a bloc meme sans avoir dormi 2 nuits d’affiler et sans manger. En revanche je buvais beaucoup d’eau car ma bouche etait toujours seche.

          Arrivee a l’aeroport, passage de douane, prise du vol, je dors 2 heures, aucun probleme jusque la. Je me disais donc que cette copine avait raison et que cette drogue etait vraiment miraculeuse.

          Et puis l’enfer..

          Arrivee en pays etranger, avant le passage de la douane, tout d’un coup cela me tombe dessus comme la foudre. Je ne peux meme pas decrire ce que je ressentais tellement c’etait intense. C’etait comme si j’etais pris d’une peur, d’une terreur qui ne cessait de s’accroitre et qui envahissait chaque cellule de mon corp. J’avais envie de hurler du fond de ce gouffre d’ombre dans lequel je tombai et qui n’avait pas de fond.

          J’arrivais neamoins a traverser la douane dans cet etat de misere absolue. Un miracle qui a requis toute ma volonte, toute ma force de vie.

          Arrive a l’hotel, dans le refuge de ma chambre j’ai ete pris d’une diarrhee.

          Cet etat a dure non pas quelques heures, mais 3 jours. Quand je voyais une fenetre et que je regardais en bas j’avais envie de sauter pour mettre fin a cette douleur psychique. Seul l’amour que j’ai pour mes parent s et la peine que cela leur ferait ma retenu. Par moment j’avais le sentiment que je remontais la pente et puis tout d’un coup ca me reprenait. Et puis petit a petit ca s’est dissipe…3 jours et 3 nuit d’enfer. Je n’arrivais a stabiliser un tout petit peu mon etat que quand j’etais seul. Si une personne me parlait j’etais pris d’une angoisse si terrible que j’arrivais a peine a parler.

          A un moment je me suis allonge sur mon lit et j’ai senti mon corp litteralement se desintegrer dans le matelas, comme si mon corps fondait. J’etais eveille, mais je ne pouvais plus controler mon corps, bouger un bras, ouvrir les yeux..j’etais conscient et dans le noir pendant que mon corps s’atomisait et coulait dans mon lit..il n’y a pas de mots assez forts pour decrire l’infini desespoir cette experience.

          Je me suis dit que ca serait la derniere fois.

          Mais j’ai quand meme reessaye avec des doses tres petites (juste quelques bouffees) et surtout je me suis muni de xanax et de chlorure de magnesium.

          En descente, alors que je commencais a me sentir mal, j’ai pris du xanax 50mg qui a stabilise mes angoisses et j’ai dilue3 cuilleres a cafe de chlorure de magnesium dans un grand verre d’eau pour le boire. Le chlorure de magnesium agit extremement rapidement sur les crampes musculaires et a un effet magique sur l’anxiete (l’anxiete « mange » du magnesium donc quand on prend ca contrebalance). Par aillers ca peut donner un colique tres passagere mais benefique qui permet d’evacuer les elements indesirables du corps et reparer des lesions internes. C’est tres efficace.

          Ensuite, j’ai pu dormir 4 heures et je me suis reveille tres frais.

          Une autre fois, j’ai essaye le petard (que je fume tres regulierement depuis longtemps et que j’adore). D’habitude ca m’endort tout de suite, la ca a ete l’inverse. Bouche seche, tachycardie, comme si ca decuplait l’effet du speed et ca m’a plonge dans un mauvais etat. Donc pour moi cette association ne marche pas du tout.

          Donc pour moi, la recette est : grande moderation, qui permet quand meme de s’eclater sexuellement en decuplant la sensibilite, puis xanax (au moment de la descente) et chlorure de magnesium (avant et apres).

          Et surtout prevoir une plage de repos apres. C’est a dire de facon optimale faire ca un vendredi soir et se prevoir le samedi et le dimanche pour bien recuperer, dormir, bien boire, bien manger et surtout pas d’alcool qui peut rebooster les effets.

          Le mieux serait evidement de ne jamais en prendre..

          Merci

          Répondre
    2. NicoTroBo

      Bonjour,

      J’ai aussi vécu cette crise de « moulina parolite » (j’aime l’expression). C’est peut être la plus grosse honte de ma vie. J’ai appelé tout le monde, j’ai hurlé par la fenêtre et sur mes voisins, je croyais vraiment que tout le monde me voulait du mal, définition cheap de la parano. J’avais pris de la coke puis du speed deux ou trois jours d’affilée, mais en continu et seul, pour travailler mon art. Sans dormir une seconde évidemment. le délire paranoïaque a commencé la nuit suivante où j’essayais en vain de dormir, puis le jour suivant : MOULINA PAROLITE. Bref, faire très attention à ça. J’ai anéanti mes rapports avec ma famille cette semaine là. Et pourtant…il m’arrive de reprendre, en petite quantité, comme toi. Pour moi c’est un accessoire de travail, mais il peut devenir excessivement dangereux, surtout pour un alcoolique.

      J’arrête là, SALUT !

      Répondre
  2. guidez

    Tu peux trouver pour les descentes « piste noire » de l’etizolam en 1mg(bleu) et 2mg(rose) tres efficace,cette benzo a un effet myorelaxant pas degueu, je la préfère au xanax, vendusur des sites de RC, bonne continuation

    Répondre
  3. Manon

    Je prend du speed et coline jai des bouton qui sort et sa gonfle jen nais partou je capote jai la face plien et je pensse que sais un bouton mes nom sa gonfle toujour quoi fairre a tils une creme pour sa

    Répondre
  4. Maxime

    Je viens de lire quelque chose qui me décrit totalement . Ce soir je ne pourrais pas vous en parler mais a partir de la journée ou je vais dormir je vais pouvoir vous faire part d’un probleme aggravé

    Répondre
  5. Anna

    Comment peut on savoir si on à une hémoragie au cerveau après avoir gobber des speeds?
    les symptomes?

    Répondre