La culture du tabac

écrit par ASUD, le 23-01-2013 Thème : Tabac.

A l’état sauvage il existe une soixantaine d’espèces de tabac dont le taux de nicotine varie de moins de 1% à 10% pour une variété sauvage chilienne
surnommée le tabac du diable. Mais le tabac cultivé est à 90% de la variété nicotiana tabacum, le reste étant de la variété nicotiana rustica. Le tabac est désormais cultivé dans le monde entier pour une production totale de 6 millions de tonnes/an dont une majeure partie sert à la fabrication de plus de 5000 milliards de cigarettes (dont 86 milliards seront consommées en France). *image plant de tabac En France, le tabac est cultivé sous haute surveillance ( les plants sont comptés ainsi que le nombre de feuille) et sa culture domestique n’est autorisée qu’à titre ornemental. 40 000 personnes vivent de la seule culture du tabac qui occupe 8300 hectares pour une production de plus de 25 000 tonnes.

Les semis s’effectuent début mars sous abri, et les jeunes plants sont ensuite transplantés dans les champs à mi-mai. Les plants sont ensuite étêtés pour obtenir de plus belles feuilles, seule partie de la plante utilisable pour la manufacture du tabac. La récolte se fait vers fin juillet, elle est généralement mécanisée, sauf pour quelques variété de moins en moins utilisées.
Selon le mode de culture et les sols utilisés il est possible d’agir sur le taux de nicotine de la plante

Produire son propre tabac n’est pas chose aisée et c’est interdit. Mais c’est néanmoins possible. La récolte nécessite des connaissances et le plus dur est d’obtenir un produit final propre à la consommation. Certaines variétés produisent plus de 200 gr de tabac sec par pied. Il existe un site internet très complet à ce sujet, offrant informations, graines et plan pour se bricoler son séchoir à tabac (www.seedman.com).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un + 5 =

3 Commentaires

  1. Sabrina

    Le tabac reste l’un des pires fléaux qu’a pu endurer l’humanité et malgré la prévention qui est faite, il persiste à faire de très graves ravages. L’augmentation de son prix reste la meilleure manière qu’on connaisse aujourd’hui afin de faire réduire le nombre de consommateurs de cigarettes. Cet article explique de quelle façon dans notre pays le prix des cigarettes a triplé en une vingtaine d’années :
    http://www.breizh-e-cig.fr/article-17–l-evolution-du-prix-des-cigarettes.html
    Si on prend en compte les 70 000 morts que le tabac cause dans notre pays chaque année, j’imagine qu’il ne faut pas aller à l’encontre de ce genre de campagnes qui sont menées par le gouvernement.

    Répondre
    1. olivet

      bof

      ce qui est gênant dans ce genre de campagne c’est leur ton insidieusement anti prohibitioniste…. le tabac pire fléau de l’humanité? Mais le tabac c’est une plante, un plante ça ne fait de mal à personne. Le sida est un fléau, la peste fut un fléau, mais le tabac tout seul avec ses petits bras, il risque pas de vous sauter à la gorge et s’introduire de force dans vos poumons. Non ce qui en fait un fléau comme vous dites c’est d’abord l’engouement des fumeurs pour son goût, sa texture, son caractère social – t’as pas une clope? – et les mille attraits que lui trouve les tabacophiles.

      Après c’est une question de choix eclairé sur les risques encourrus et c’est probablement sur ce chapitre que l’Etat a été le plus en faute. il eut fallu informer beaucoup plus tôt les fumeurs compulsifs ou dépendants des dangers encourru ;

      Répondre
  2. bud

    Et pour quoi interdire une persone de fumer non selement sa arenge l eta con fume il persoive des tax et en plus les persone meur aven leur pention tous benefis et moi je vous di fumer du taba que vous cultiver ne vous fera rien mai toute les merde que les fabriquan mete dedan cacao chocola et jen pase et l eta laise faire faut arete vos betise in lollll

    Répondre