Il était une fois la rose

écrit par Fabrice Olivet, le 05-08-2015 Thème : Heroïne, Histoire.

Novembre 1983, « la chinoise » une étrange héroïne de couleur rose envahit soudainement le marché parisien. Pourquoi ? Comment ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette couleur improbable ? Le marketing d’un dealer particulièrement avisé ou le résultat d’une expérience de laboratoire ? Retour sur le décor vintage des années 80 où la dreupou régnait en maître.

«La rose », le simple énoncé de cette substance laissait planer un parfum de mystère. Rose ? Vraiment rose ? Les premières informations émanaient de la presse : « Saisie massive d’héroïne rose dans le quartier chinois ! » Puis vinrent les premiers jugements de connaisseurs fraîchement débarqués de la planète junk : « Mec, j’ai pécho une came d’enfer chez un “noich” dans le XIIIe ! Mec, la dope est rose, vraiment rose ! ! ! »

Rose, jaune ou bleue…

En effet, la poudre était rose, vraiment rose. Des petits cristaux granuleux couleur bonbon…Vous ajoutez de l’eau, vous chauffez jusqu’à ébullition, le contenu de la cuillère devient absolument translucide et vous shootez ! Ça, c’est l’info n°1. L’info n°2, c’est que la rose, c’est de la bombe. Un flash puissant qui vous décolle la tête puis vous laisse baigner dans une douce euphorie opioïde, de la bombe quoi ! Très vite, cette réputation a fait le tour de Paname : « T’as de la rose ? Tu sais pas où y en a ? » Après les Chinois légendaires du XIIIe qui auraient écoulé les premiers kilos, les dealers tunisiens se sont emparés du créneau. Seulement la rose a cessé d’être rose, elle était parfois orange, jaune ou grise, d’aucuns m’ont juré en avoir shooté de la bleue… Quand la rose devient bleue, il faut se poser des questions. Alors, on s’en est posé à l’époque. D’où sortait cette came ? Quelle était son secret de fabrication ? Autre particularité, cette dope gélifiait en refroidissant dans la cuillère. Au bout de quelques minutes, le liquide devenait une espèce de pâte compacte. Les amateurs incapables de trouver leur veine parce que trop fébriles ou ayant abusé de leur capital veineux bouchaient régulièrement leur pompe s’ils tardaient trop à envoyer la sauce. Une pompe bouchée, c’est l’horreur. Sous la pression, le contenu – mélange de sang et de came – gicle en dehors de l’aiguille et… vous perdez votre shoot. Abominable !

… jusqu’à perdre la cote

Enfin, et ce n’est pas le moins intéressant, la rose a très vite cessé d’être de la bombe, comme pour les tomates en branches ou les fraises Gariguette, le commerçant a usé et abusé du marketing lié à l’image du produit. Au fil des années, le pourcentage d’héro contenue dans les képas a diminué tandis que le volume de caféine augmentait en proportion. La caféine a la particularité de booster légèrement la sensation de flash, tout en intensifiant le craving. Shooter de la rose est donc devenu une espèce de cérémonie masochiste à base de tachycardie et de protocole de descente de coke.

La rose est restée rose mais ses effets furent de moins en moins convaincants, au point que vers le début des années 90, époque de sa disparition des rayons, elle n’avait plus la cote du tout. On peut même émettre l’hypothèse que c’est cette désaffection des acheteurs potentiels, beaucoup plus friands de cames traditionnelles type « blanche » ou « brown », qui serait à l’origine du retrait de la rose du marché. Une hypothèse qui validerait le postulat – toujours contesté par certains – selon lequel en matière de came, c’est toujours la demande qui est déterminante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Commentaires

  1. alexandra

    J’en ai déjà vu ds ces dernières années de la rose, en revanche j’ignorais cette « histoire » ; pour moi cette effet rose provient de la coupe au Xanax, en tout cas pour ce que j’ai eu … Et sinon pour l’article quel est le fin mot de l’histoire !?

    Répondre
    1. allibert

      dans mes souvenirs le rose qui gelifie en refoidissant dans la cuiller c’était typique de l’Ephedrine Houdé (encore en vente libre en France fin des années 70) ils devaient en mettre dedans pour couper et peut-être renforcer l’effet à la montée

      Répondre
    2. ASUD

      justement Alexandra tu ne crois pas si bien dire, le fin mot de l’histoire reste à écrire car les chercheurs n’ont pas encore soulevé ce pan de l’histoire de la grande consommation d’héroïne des années 1980. La rose a est passée des mains des Chinois à celui du milieu Tunisien et le mystère de la composition exacte de cette came reste entier. Il aurait fallu en retrouvé un échantillon de l’époque à analyser. Ce qui est sûr c’est que cette gélification très particulière , l’aspect cristallin des cailloux, la pureté des premières années et la mauvaise réputation de la fin , tout cela mériterait d’être éclairé par les sciences sociales dans une monographie un peu décoiffante qui prendrait cet exemple de l’histoire d’un produit illicite inscrit dans le temps, prenant en considération les questions d’offre, de demande, le contexte historique, l’insertion dans un nouveau type de bizness , l’étude de zones de deal comme Belleville, les connexions ethniques etc Bref de la nouvelle histoire comme on disait dans les années 60…

      Répondre