Étiquette : Sniff

Une méthode pour sniffer propre

Les étapes de la technique proposée

sniff1

> D’abord, on se mouche avec un mouchoir en papier.

sniff2

> Puis, on pile finement la poudre ; la surface miroir est assez dure pour cela. Utilisez la lame d’un couteau ou le dos d’une cuillère pour bien écraser et préparer le produit. Ce sont les grains qui abîment le plus les parois nasales. Roulez la paille avec une feuille de papier, moins agressive que les pailles en plastique, et consommez.

sniff3

> Dix à quinze minutes plus tard, rincez-vous le nez avec de l’eau stérile pour débarrasser la paroi des résidus et de la coupe restante qui peut être irritante. Faites couler l’eau du nez vers l’arrière-gorge pour la nettoyer et l’hydrater aussi.

sniff4

> Enfin, pensez à entretenir tous les jours l’intérieur de vos narines (muqueuse nasale) avec le décongestionnant nasal.
Si la poudre vous brûle ou qu’elle vous fait saigner du nez, c’est que vous abusez. Alors stop !

Certaines dopes : coke, speed en particulier, sont assez corrosives en elles-mêmes pour abîmer ou perforer la cloison nasale. A méditer.

Le spray nasal de cocaïne

Depuis longtemps activiste cannabique, passionné des drogues et adepte de la réduction des risques, usager abusif de quantités de substances, je décidai, suite à la lecture de l’incontournable Pleasure of Cocaïne d’Adam Gottlieb, d’essayer sur moi et mon entourage la prise de coke par spray nasal plutôt qu’en lignes ou pipes de crack. Une méthode qui paraissait bien moins agressive…

Après plusieurs mois d’expériences intensives, étudiants curieux et assidus, nous avons jeté notre dévolu sur les sprays disponibles dans les boutiques de produits naturels. Des sprays en verre, faciles à nettoyer et dotés d’un pas de vis pour les démonter, contrairement aux sprays disponibles en pharmacie, souvent en plastique et dont la partie spray est baguée, impossible à démonter et à remonter facilement. Bien que le mode de préparation débarrasse partiellement votre poudre des produits de coupe, la qualité de la coke a évidemment une place majeure dans la recette.

Prêt à l’emploi

Pour commencer, prendre un récipient dans lequel on verse lacpoudre sommairement concassée ainsi qu’un mélange préalablement chauffé d’eau distillée et d’alcool à 90° non dénaturé (à défaut, tout type d’alcool blanc peut également faire l’affaire) représentant la moitié de la contenance de votre spray. Soit, pour un spray de 20 ml, 1 g de coke pour 8 ml d’eau et 2 d’alcool. Dissoudre la poudre et filtrer le mélange pour le débarrasser des excipients et coupes non solubles, puis verser dans votre flacon.
Rallonger le mélange avec de l’eau distillée pour le remplir complètement, et voilà votre spray prêt à l’emploi… Si elle est trop basse, la concentration en coke peut créer une certaine frustration, comme l’absence de rituels liés à la préparation de lignes et à leur partage lors de soirées entre amis.
Par contre, votre nez cesse enfin de protester contre les mauvais traitements occasionnés par des cokes mal concassées ou trop corrosives. Autre gros avantage : celui de ne plus avoir à écraser sa coke dans des lieux ou sur des supports à l’hygiène douteuse. Plus de perte non plus lorsque votre poudre est trop humide et colle au support ou qu’un brusque coup de vent vient la subtiliser.

Propre et « économique »

Avec le temps, nous avons utilisé le spray de 2 façons différentes. La première, avec une dose de 1 g de cc très pure pour 20 ml de solution, est celle qui correspond à l’usage quotidien. Partant de la même dose de départ, la seconde méthode consistait à rediluer le contenu du flacon avec de l’eau à chaque fois que nous arrivions à moitié du spray, permettant de redescendre progressivement sur plusieurs jours, sans trop de désagréments ou de déprime.
Bien que d’un usage plus discret, il faut bien avouer que le produit peut aussi entraîner sous cette forme un usage compulsif assez marqué. À noter : tout produit sniffable peut remplacer la coke
dans la recette, que l’on peut tout à fait adapter à un spray buccal pour un usage sublingual. Au final, une méthode de consommation propre et « économique » qui pourrait fort bien trouver sa place sous forme de kits jetables mis à disposition dans les salles de consommation et les pharmacies.

Inscrivez-vous à notre newsletter


© 2020 A.S.U.D. Tous droits réservés.