• Accueil
  • Protoxyde d’azote / Gaz hilarant

Étiquette : Protoxyde d’azote / Gaz hilarant

Protoxyde d’azote (N2O) et réduction des risques

A doses élevées et répétées (des dizaines de prises sur plusieurs jours), le protoxyde d’azote détruit l’acide folique et la vitamine B12 et peut endommager la moelle épinière. Il est donc recommandé aux aficionados de compléter leur alimentation par des suppléments de cette vitamine notamment en cas de régime végétarien.

De plus, le gaz très froid « gèle » les muqueuses et les poumons s’il n ‘est pas mélangé avec un peu d’air chaud expiré. Il est déconseillé d’en consommer après avoir mangé : il peut provoquer des nausées. Il peut s’avérer réellement dangereux pour les personnes souffrant d’anémie ou d’hypertension. Il semblerait qu’il puisse y avoir un risque pour le fœtus, en cas d’abus chez les femmes enceintes.

A éviter également en descente de speed. Il peut susciter angoisse et palpitations. Il semblerait qu’une hyperventilation préventive durant une minute soit une mesure de réduction des risques qui permet, en plus, de mieux profiter des effets.

Si vous en consommez, adoptez de préférence une position couchée ou assise. Ensuite, aspirez un peu d’air avant de respirer les trois-quarts du ballon. Ressouffler et aspirer le gaz dans le ballon. Garder le tout. Ressouffler et aspirer à nouveau avec le haut des poumons.
Attention : se brancher avec un masque sur une bonbonne peut occasionner des dommages cérébraux irréversibles. Laissez se vider une grosse bonbonne dans un lieu clos (tente, pièce fermée) en a déjà mené quelques-uns au cimetière pour cause d’asphyxie.

Histoire du protoxyde d’azote (ou gaz hilarant)

Découvert vers la fin du XVIIIème siècle, le protoxyde d’azote attira l’attention grâce à ses propriétés analgésiques et anesthésiante. Le dentiste Wells fut l’un des premiers praticiens à l’utiliser pour arracher des dents sans douleur. Mais ce pionner abusa régulièrement du fameux gaz puis passa à l’éther et au chloroforme avant de ce suicider. A la fin du XIXème siècle, le philosophe et physicien, William James, s’exclama à propos du N2O : «voilà le bien et le mal réconciliés en une même hilarité !», sous l’effet du gaz. Il assimilait les effets à une experience religieuse qu’il qualifiait de «délirant ravissement théorique».

Durant plus d’un siècle, des forains organisèrent des séances collectives d’inhalation de gaz hilarant. C’est une attraction courue : des gens respiraient ce fameux gaz et se donnaient en spectacle en titubant avec l’air hilare.
De nos jours, le protoxyde d’azote, principalement utilisé en médecine, est associé à de l’oxygène, pour favoriser les accouchements difficiles. Les dentistes s’en servent peu en dehors de certain pays de l’ex-URSS. Il est également utilisé dans l’industrie alimentaire, et les bonbonnes de chantier débitées à 1€ le ballon dans les teufs peuvent s’avérer une affaire juteuse.

  • Accueil
  • Protoxyde d’azote / Gaz hilarant

Inscrivez-vous à notre newsletter


© 2020 A.S.U.D. Tous droits réservés.