Étiquette : Méthoxétamine

2C-P, 25i, 25c, MXE… les nouvelles arnaques aux hallucinogènes

C’était l’une des tendances de 2013. De plus en plus d’usagers se plaignent d’arnaques après avoir acheté du LSD ou de la kétamine, deux produits plutôt épargnés par ces problèmes auparavant. Selon Techno+ et Not for Human, des molécules aux effets et/ou dosages différents sont désormais vendues en teuf à la place de ces produits. S’il y a fort à parier que ce ne sont pas les seules « contrefaçons » qui circulent, abordons déjà les plus courantes.

25I-NBOMe / 25C-NBOMe

Ce sont des dérivés de la famille des 2C, sauf que ces substances psychédéliques sont vraiment très récentes et beaucoup plus puissantes. Ils se présentent le plus souvent sous forme de buvards pré-dosés et plus rarement sous forme de poudre blanche. Dans ce cas, seule la dilution volumétrique (voir encadré) permet de mesurer la quantité exacte à utiliser.

La dilution volumétrique

Alors que les produits habituels peuvent se doser à l’œil, les dosages de RC se comptent en millièmes de gramme et une erreur de dosage peut entraîner des conséquences graves…
Pour mesurer précisément une quantité de produit, il existe la dilution volumétrique.

  1. Vérifier avec une balance de précision le poids total de la quantité de produit à diluer et la solubilité de la molécule (la plupart le sont). Ne pas se fier au poids annoncé par le vendeur.
  2. exemple : 100 milligramme de la substance mis dans 1 litres d’un solvant (ex : alcool à 40° ou plus type vodka) = 100 microgramme par millilitre.
  3. Il suffit alors à l’aide d’une seringue ou d’une éprouvette graduée de remplir le nombre de millilitres souhaités pour obtenir le nombre de microgrammes.

Effets

Les NBOMe ont des effets psychédéliques : hallucinations (surtout visuelles), altération du temps, modification de la conscience. Stimulants, ils peuvent provoquer euphorie mais aussi confusion et angoisse, selon l’état d’esprit, le dosage, etc. Beaucoup d’usagers rapportent une sécheresse de la bouche (parfois une sensation d’anesthésie) et le goût d’aliments modifié et/ou étrange, ainsi qu’une vasoconstriction importante (lèvres ou doigts qui bleuissent).

Très imprévisibles d’une fois à l’autre, ces effets durent généralement de 4 à 10 heures. D’autres produits de la même famille existant (b, d, NBOH, etc.), toujours se renseigner sur le produit exact, le dosage et les effets (qui varient selon la molécule) !

Dosage

Les dosages varient généralement de 200 MICROgrammes (léger) à 1 000 MICROgrammes (fort), par voie sublinguale. Les buvards sont uniquement actifs par cette voie : il faut généralement les laisser 20 à 30 minutes sous la langue ou contre la gencive. Sous forme de gouttes, certains préfèrent la voie nasale : après dissolution dans l’alcool, ils sniffent le liquide ! Attention, c’est très abrasif pour les muqueuses nasales, et les effets sont plus violents (montée plus rapide). Les accidents et décès rapportés avec ces molécules étaient souvent liés à ce mode de prise. Il est fortement conseillé de diminuer les doses par voie nasale, ou de mettre la goutte sur un buvard et d’utiliser la voie sublinguale.

Risques

Bad trip, tachycardie, hypertension, convulsions, insuffisance rénale aiguë, maux de tête, paranoïa et dans les cas les plus graves, décès. Les risques physiques sont bien plus importants avec ces molécules qu’avec des psychédéliques classiques, et le nombre de décès survenus est anormalement haut pour ces substances. Plusieurs usagers de 25C et 25I ont été victimes de vasoconstriction importante nécessitant une prise en charge médicale. Les premiers symptômes se manifestent généralement par des picotements, des engourdissements et une sensation de froid (parfois un bleuissement) au niveau des extrémités (pieds, mains, nez). Des gonflements ont aussi étés signalés.

Ces molécules étant très récentes, les connaissances des interactions dangereuses et de leur fonctionnement sont assez limitées. Mais tout comme la MDMA, les amphétamines et certains antidépresseurs, elles semblent agir très puissamment sur la sérotonine.

Comment les reconnaître ?

Buvards Fraises 25c-NBOMe
Ceci n’est pas de la fraise.
C’est du 25c-NBOH.
buvards hofmann 25i-NBOMe
Ceci n’est pas du LSD.
C’est du 25i-NBOMe.

Buvard à garder sous la langue (ou contre la gencive), gouttes « à sniffer » : CE N’EST PAS DU LSD !!! En cas de doute, avaler le buvard directement permet de faire le tri (le LSD est actif par voie orale, contrairement au 25I et 25C).

Attention néanmoins, d’autres molécules sont vendues sur des buvards pour du LSD : DOC, DOB, DOI, des substances de très longue durée (24 heures), très stimulantes (speed-like) et actives par voie orale !

Des buvards sandwich (2 buvards collés avec une couche de poudre au milieu) circulent aussi avec d’autres produits (tryptamines, par exemple). Très déstabilisant si on s’attend aux effets de l’acide et que c’est autre chose…

La « règle du quart de buvard » pour commencer est plus que jamais d’actualité !

Méthoxétamine

MXE Méthoxétamine
Ceci n’est pas de la Kétamine.
C’est de la Méthoxétamine.

La MXE est une molécule de la famille des arylcyclohexylamines (comme le PCP et la kétamine) mise au point et vendue par des chimistes début 2010. Étant vendue sous la forme d’une poudre cristalline (comme la kétamine), les deux sont impossible à différencier visuellement.

Effets et dosage

Agissant comme un dissociatif à fortes doses, elle peut aussi être sédative et euphorisante selon la quantité consommée. Les effets (et dosages) diffèrent de ceux de la kétamine et surtout, durent beaucoup plus longtemps. Désinhibante et euphorisante à petite dose (+ ou – 20 milligrammes), les effets dissociatifs prédominent à partir de 40-50 milligrammes. La confusion n’est pas rare avec cette molécule, et peut vraiment déstabiliser et désorienter.

Les premiers effets se manifestent 10 à 20 minutes après la prise, progressent pendant une vingtaine de minutes pour se stabiliser pendant 2 heures environ, avant de diminuer progressivement en 1 ou 2 heures. Des effets résiduels peuvent parfois durer jusqu’à 48 heures (surtout en cas de prises répétées, ce qui arrive vite car la molécule peut s’avérer compulsive).

Risques

Les effets secondaires désagréables comprennent : nausée, transpiration (donc bien s’hydrater régulièrement et à petites gorgées), maux de tête, troubles du sommeil, étourdissements, douleurs au niveau des reins, saignements du nez (en sniff), hypertension artérielle, augmentation du rythme cardiaque, bad trip, perte de conscience…

Le risque majeur survient lorsqu’un habitué de kétamine prend la même quantité de méthoxétamine en pensant à tort que les produits sont identiques ou en cas d’arnaque.

Conseils

  • Ne pas re-doser rapidement, d’abord tester avec la plus petite dose possible et attendre suffisamment pour ne pas se faire surprendre par la montée !
  • Contrairement à la kétamine, la MXE agit sur la sérotonine, donc ne pas mélanger avec la MDMA (risque de syndrome sérotoninergique) !
  • Le cannabis peut intensifier les effets et rendre le trip plus confus.
  • Il est fortement déconseillé de mélanger la méthoxétamine avec les dépresseurs du système nerveux (comme l’alcool ou les opiacés) qui favorisent la dépression respiratoire.

2CP

2C-P poudre

Ceci n’est pas de la mescaline.
C’est 2C-P (Bon OK c’est marqué dessus !)

Phénéthylamine psychédélique inventée par Alexander Shulgin, le 2C-P est une variante plus forte du 2C-E.

 

Effets et dosages

Cette substance a des effets psychédéliques : hallucinations auditives et/ou visuelles, altération du temps plus ou moins marquée, modification de la conscience. Stimulante, elle peut provoquer une certaine euphorie. Le 2C-P est plus puissant/déstabilisant, plus introspectif (mental) et plus long que le 2C-E.

Les effets se font ressentir à partir de 2 mg. À 10 mg, ça devient costaud, et à partir de 16 mg, plusieurs personnes ont été hospitalisées (souvent à cause de tachycardie et de battements cardiaques anormalement élevés).

Les dosages doivent être très précis, car une différence de quelques milligrammes peut faire basculer le trip dans un délire cauchemardesque.

Risques

Cette molécule génère souvent des effets secondaires physiques assez puissants pendant le trip (crampes, douleurs abdominales, maux de tête, transpiration excessive, vomissements, tensions musculaires fortes, stimulation physique et mentale importante pouvant être inconfortable, etc.) et peut donner lieu à des hallucinations intenses. Beaucoup d’usagers rapportent des effets mentaux très « dark » (visions effrayantes) et indiquent que cette expérience peut s’avérer assez écrasante et intense.

Arnaque à la mescaline

La vente de mescaline synthétique en teuf est bien souvent un argument commercial (celle-ci étant connue et réputée). Quand on en trouve (ce qui est rare), elle est presque toujours vendue sous forme de poudre (sulfate ou chlorhydrate et non pas en gouttes !) et nécessite 200 à 500 milligrammes pour une expérience psychédélique… De telles quantités ne tiennent pas dans une goutte. La vente de « gouttes de mescaline » doit donc avant tout inspirer de la méfiance. Car au-delà de savoir quel produit est réellement contenu dans le liquide, il s’avère souvent impossible de connaître sa concentration (ce qui risque d’entraîner des accidents).

Tant que la possibilité d’analyse de produit ne sera pas généralisée, la vigilance s’impose !


Article écrit par Sébastien, Président-fondateur de l’association Not for Human qui mène des actions de prévention et de réduction des risques liés aux nouvelles drogues de synthèse au sein de communautés virtuelles de consommateurs (psychonaut.com, lucid-state.org, psychoactif.fr, facebook…).
Plus d’infos sur notforhuman.fr.Plus d »infos sur notforhuman.fr
.

Logo et titre Not for human

Alertes Prods : Décès et Intoxications

Depuis mi-juillet plusieurs alertes concernant la dangerosité particulière de certains produits en circulation ont été émises à la suite de décès ou d’intoxications.
Elles concerne les comprimés d’ecstasy, l’héroïne, le LSD, la cocaïne, la kétamine, la méthoxétamine, la MDMA, le 25i-NBOMe et la PMMA. En voici une synthèse à l’intention des (futurs) consommateurs de produits psychoactifs.

29/08/2013 : Intoxications au 25i-NBOMe (buvard)

L’Institut Scientifique de Santé Publique (ISSP) signale qu’au moins trois intoxications au 25INBOMe ont été récemment recensées dans la région d’Anvers. Les patients avaient consommé un buvard à motifs multicolores tel que ceux contenant habituellement du LSD (et donc pouvant être vendus comme tel), derrière lequel était imprimé un « 25-I ». Les symptômes cliniques constatés lors de l’hospitalisation des patients étaient les suivants: diminution de l’état de conscience, insuffisance respiratoire, mydriase (dilatation des pupilles), tachycardie et hypertension. Deux patients ont été mis sous sédatifs et ont dû être intubés et ventilés artificiellement, alors que le troisième est juste resté sous observation quelques heures.Buvard 25i-NBOMe

Le 25I-NBOMe est une phénéthylamine hallucinogène récemment synthétisée, actuellement non-contrôlé par la législation sur les drogues. Bien que les effets soient assez similaires à ceux du LSD, la toxicité est beaucoup plus importante et l’usage de cette substance peut être fatal. Nous n’avons pas d’information par rapport à la manière dont les patients ce sont procurés ce produit (Internet ou marché noir).

Attention

La vente d’hallucinogènes de synthèse comme le 25i-nBOMe, le 2-CE, le DOC, etc. en goutte ou en buvard sont de plus en plus fréquent depuis un an. Non seulement ces produits diffèrent du LSD au niveau des effets, de la durée et des risques mais en plus ils sont vendus fréquemment (consciemment ou non) comme étant du LSD ou de la mescaline liquide. Méfiance dès que vous entendez cette dernier appellation : elle est toujours erronée car la mescaline ne peut pas être active avec juste une goutte ou un buvard de taille classique. Elle nécessite des quantités plus importantes de produit pour en ressentir les effets.

27/08/2013 : Décès liés à des comprimés d’ecstasy contenant du PMMA

La cellule de veille sur la drogues au Pays-Bas (DIMS) nous a informés que plusieurs décès sont survenus dernièrement suite à la consommation de pilules vendues comme de l’ecstasy mais contenant de la para-methoxyméthamphétamine (PMMA) en grande quantité.

Des dizaines de décès ont été rapportés suite à l’usage de PMMA ces dernières années.

La dernière pilule incriminée était ronde, de couleur rose et portait comme logo un point d’interrogation inversé. Mais d’autres comprimés contenant de la PMMA ont également été découverts cet été notamment une pilule ronde, beige clair et portant un logo « Tête de mort » qui avait déjà fait l’objet d’une alerte aux Pays-Bas également.

/

Informations sur le PMMA

Toxicité

La PMMA est transformée, une fois consommée, en PMA. Celle-ci est nettement plus toxique que la MDMA !

Effets ressentis

Au début, les effets sont comparables à ceux de l’ivresse à l’alcool, ensuite peuvent survenir hallucinations, légère euphorie, picotements, engourdissement de la peau et des membres, motricité imprévisible et soudaine augmentation de la pression artérielle et de la température du corps, même à faibles doses.

Durée des effets

5 heures

Risques

Pouls accéléré, respiration rapide et pénible, mouvements oculaires imprévisibles, spasmes musculaires, dysfonction motrice (attention à la conduite de véhicules ou même la circulation sur la voie publique!), besoin irrépressible de bouger, bouffées de chaleur, transpiration. Nausées et vomissements peuvent survenir.

À doses plus élevées

Arythmie cardiaque, température corporelle fortement élevée (au-dessus de 40 degrés) et hypertension artérielle, qui peuvent provoquer inconscience, coma, détresse respiratoire fatale, arrêt cardiaque ou défaillance d’un organe. Le risque de décès est réel !

ATTENTION

Souvent vendue comme MDMA, donc attention: la PMMA n’est pas entactogène (sensibilité accrue) ni empathogène (ouverture à l’autre) comme la MDMA. Dès lors, en consommer en croyant prendre de l’XTC « classique » peut amener à reconsommer si on ne rencontre pas ces effets traditionnels. Le risque de surdose est dès lors bien réel, et peut même être mortel.

26/08/2013 : Évacuations (dont un décès) possiblement dû à des Taz Superman Bleu en Loire-Atlantique

L’association Techno+ rapportent que plusieurs personnes ont été évacuées lors du festival Couvre Feu les 23 et 24 août dernier près de Saint-Nazaire. L’une de ces personnes est décédée suite à un problème cardiaque. Ces incidents feraient suite à la consommation de comprimés vendus pour de l’ecstasy. Les taz mis en cause seraient des Superman Bleus de forme triangulaire.

Des analyses sont en cours.

21/08/2013 : Ecstasy fortement concentrés en MDMA en Belgique

L’Institut Scientifique de Santé Publique belge (ISSP) vient de nous informer de la saisie récente à Bruxelles, d’une quantité importante de comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA. L’Institut National de Criminalistique et de Criminologie (INCC), qui a mené les analyses, précise en effet que les comprimés contiennent 200 mg de MDMA et qu’ils sont de couleur verte avec un logo « Android ».

Le risque de surdose en consommant ces comprimés est fortement accru. Plus que jamais, lisez attentivement les conseils de réduction des risques en dernière page de ce message. Voici les caractéristiques des comprimés qui ont été saisis :

Couleur : verteews_2013_08_21.jpg
Logo : androïd
Forme : ronde
Ligne de séparation : oui
Diamètre moyen: 9,26 mm
Epaisseur moyenne: 5,05 mm
Poids moyen: 404 mg
Teneur en MDMA : 200 mg MDMA.
Localisation : Bruxelles

  • Le dosage habituel des comprimés « d’ecstasy » trouvés sur le marché belge oscille aux environs de 120-130 mg de MDMA.HCL. Ce dosage est par exemple utilisé dans des études cliniques portant sur la MDMA.
  • Vu la concentration élevée en MDMA de ces comprimés, il existe un risque de complications graves (convulsions, hyperthermie, coma), voire de décès par overdose.

13/08/2013 : Héroïne coupée à des doses élevées de chloroquine en Île-de-France

De l’héroine coupée à des doses élevées de chloroquine a été saisie en Seine-Saint-Denis le 8 août 2013.
Les analyses effectuées sur des bonbonnes thermosoudées en plastique contenant de l’héroïne ont mis en évidence des quantités de chloroquine pouvant aller jusqu’à 8,9%.

Réduction des risques et recommandations

La toxicité de la chloroquine injectée par voie intraveineuse n’est pas négligeable : la survenue d’éventuels troubles rythmiques cardiaques est à prendre en considération.

En cas de surdosage en chloroquine, les symptômes sont faussement rassurants (maux de tête, nausées, vomissements), l’arrêt cardiocirculatoire pouvant survenir de façon brutale. A cause de ce risque la prise en charge doit être rapide (SAMU, POMPIERS, URGENCES…).

  • Source : Agence Régionale de Santé d’Île-de-France

19/07/2013 : Décès liés au mélange PMMA MDMA Cocaïne en Belgique

Le Centre Toxicologique de l’Université d’Anvers a enregistré un décès lié à la consommation de MDMA et de PMMA. Les analyses toxicologiques ont montré que la victime, un homme âgé de 36 ans habitant Anvers, présentait dans le sang du PMMA ainsi que de la MDMA en concentration élevée. Ce tableau est toutefois compliqué par le fait que le sang de la victime présentait également des traces de consommation de cocaïne, d’alcool et de tranquillisants, et qu’elle était par ailleurs épileptique. En outre, aucun échantillon de drogue n’a pu être prélevé à son domicile.

Même s’il est difficile à ce stade d’identifier précisément les causes du décès, cette alerte suggère néanmoins la possible circulation en Belgique d’échantillons de drogues contenant de la PMMA, comme cela a pu être récemment observé aux Pays-Bas (lire plus haut).

18/07/2013 Cocaïne et lévamisole : complications médicales

Levamisole maladie peauEn quelques années le lévamisole est devenu le principal produit de coupe de la cocaïne. Il est présent dans 60% des échantillons de cocaïne analysée en France en 2010 (source : OFDT) et dans 30% des analyses faites en Espagne, Suisse et Autriche en 2013 (source : TEDI). La Suisse (après l’Espagne et l’Angleterre en 2012) a connu récemment ses premiers cas de nécrose de la peau dans plusieurs hôpitaux. La France est peu touchée mais les consommateurs réguliers de cocaïne s’expose à de nombreuse complications médicales s’il consomment du lévamisole régulièrement.

Le lévamisole est un vermifuge utilisé en médecine vétérinaire. Ce produit a de multiples conséquences négatives sur l’organisme en affectant le système immunitaire :

  • Les plus fréquents : éruption cutanée, anorexie, nausées, vertiges, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée, réactions allergiques
  • Les plus graves : problèmes vasculaires.

Il existe des Kit sur internet permettant de détecter le lévamisole dans la cocaïne.

12/072013 : Décès et intoxications à la Méthoxétamine (MXE)

 La direction générale du Ministère de la Santé rapporte 11 cas d’intoxication à la MXE depuis 2011 ainsi qu’un décès. D’autres décès étaient survenus en Angleterre et en Suède.

La MXE est parfois vendue pour de la Kétamine alors qu’elle est active à un dosage inférieur, que ses effets apparaissent avec un délais plus important et qu’ils durent plus longtemps. Le risque d’accident est donc majoré pour les consommateurs habitués à la kétamine.

La méthoxétamine est vendue sous forme de poudre blanche, sous des noms variables : MXE, Mket,
Kmax, Mexxy, Minx, Jipper, legal ketamine.

Contrairement à la kétamine, la méthoxétamine n’est pas classée à ce jour en France sur la liste des
stupéfiants bien que la commission des stups ait fait une recommandation en ce sens.

En cas d’overdose

Symptomes

Les signes cliniques les plus fréquemment observés :

  • Neuropsychiatriques : état dissociatif, analgésie sans perte de conscience, confusion, amnésie, hallucinations, agitation alternant avec somnolence, incoordination, tentative de suicide
  • Ophtalmologiques : mydriase (élargissement de la pupille), nystagmus (incoordination)
  • Cardiaques : tachycardie, hypertension artérielle

Peuvent aussi être observés : dépression respiratoire, nausées, vomissements, hyperthermie.

Article initialement publié sur http://www.technoplus.org/t,1/2691/-la-meteo-des-prods—vigilance-aout-2013?PHPSESSID=0ed670e6e00e9cb419b1eb740512c6a8

 

La Méthoxétamine classée comme stupéfiant

Suite à l’avis favorable de la Commission des stupéfiants du 21 mars 2013, la Ministre de la Santé a décidé sur proposition de l’ANSM de classer la méthoxétamine comme stupéfiant. L’arrêté de cette décision a été publié le 5 août 2013.

Extrait de la Commission des stupéfiants du 21 mars 2013

Évaluation du potentiel d’abus et de dépendance de la méthoxétamine en vue du classement comme stupéfiant.

La méthoxétamine est une molécule proche de la kétamine. Utilisée comme substance récréative, elle fait partie des « legal highs » (« euphorisants légaux »).

Sa consommation entraine un effet dissociatif qui peut être accompagné notamment d’hallucinations, de tremblements, d’une confusion avec tachycardie et hypertension. Le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse ont récemment pris des mesures de contrôle.

En France, on constate une progression de l’achat de méthoxétamine sur internet et entre mai 2011 et février 2013, le réseau des Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance (CEIP) a recueilli 11 cas de consommation de méthoxétamine et un décès.

Les membres de la commission ont rendu un avis favorable au classement de la méthoxétamine sur la liste des stupéfiants. Ils ont également souligné l’intérêt de renforcer l’information sur les risques liés à son utilisation ainsi qu’à celle de la kétamine.

Source : http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Point-d-information-sur-les-dossiers-discutes-en-commission-des-stupefiants-et-psychotropes-Communique

J’ai testé la Méthoxétamine

J’ai testé à deux reprises la méthoxétamine à l’insu de mon plein gré.

La première fois, c’était il y a deux ans en teknival et j’étais à sec de kétamine. Vers un dancefloor anglais, je rencontre un gars qui m’en propose au prix imbattable de 20 € le gramme finalement obtenu à 10 € ! J’aurais dû me méfier mais l’envie était plus forte. Avec mon pote, on tape sans hésiter chacun une poutre de 0,2 g. D’habitude, la montée de kétamine est assez rapide mais là, rien : juste une grosse patate, envie de parler et de bouger comme le speed et des picotements. Pas très agréable. Peu à peu, je commence à avoir des sensations proches de la kéta mais avec des hallus façon LSD. Cinq heures plus tard, une fois le trip terminé, j’apprends par des amis que de la méthoxétamine tournait vers les camions des anglais.

De la métho… quoi ? Kézako ?

Rares sont les produits vendus en teuf qui peuvent se targuer d’être des nouvelles drogues. La plupart ont toutes déjà été synthétisées du temps de mon arrière-grand-papi. La méthoxétamine est tellement nouvelle qu’elle n’a aucun statut juridique, ni médoc ni stupéfiant. Plusieurs mois plus tard, à jeun de tout autre produit, moi et un ami tapons une grosse trace de ce qui m’avait été vendu pour de la kétamine. Eh bien non, me voilà à nouveau avec la pâteuse et la parlotte (pensez à boire de l’eau) et des picotements partout dans le corps. Les hallus s’installent, le spectacle commence et là surprise, plus possible de parler, je plonge hors de mon corps dans un K-hole ou plutôt M-hole psychédélique et éprouvant. Après coup, le vendeur me confirme qu’il s’agissait de méthoxétamine mais comme personne ne connaît ce produit, il préfère parler de kéta, le bouffon.

Dans ces deux expériences, ce qui m’a rassuré est qu’à chaque fois la personne avec qui je consommais était dans le même état. Ça aide à surmonter l’angoisse des effets inattendus.

[note du 28 avril 2013 : classement stupéfiant en cours]

Inscrivez-vous à notre newsletter


© 2020 A.S.U.D. Tous droits réservés.