Médicaments de substitution

Les analyses urinaires

Dernière mise à jour : 01-07-2013

Afin d’établir un diagnostic précis de votre état de santé, votre médecin peut vous demander de vous soumettre à un test urinaire permettant de détecter précisément les substances qui circulent dans votre organisme. Le prélèvement peut directement se faire au cabinet du praticien, qui l’adresse ensuite à un laboratoire d’analyse compétent. Rien ne vous oblige à vous soumettre à cette analyse d’urine.

picto-oduà savoir

Pour tous problème avec un professionnel de santé (médecins, pharmaciens, CSAPA, CAARUD, etc.) vous pouvez contacter l’Observatoire du Droit des Usagers d’ASUD.

Si elle conditionne la délivrance de méthadone, cela n’a jamais été le cas pour les traitements par Suboxone. Les tests urinaires ne peuvent donc pas vous être imposés. Le médecin ne peut en faire un préalable obligatoire à votre traitement par Suboxone. Pas plus qu’il n’est en droit d’utiliser le compte-rendu de ces analyses à des fins coercitives, pour vous menacer d’un arrêt du traitement ou d’une diminution de dosage. Bien peu professionnelle par ailleurs, une telle attitude s’apparente à un abus de pouvoir et relève de l’atteinte caractérisée aux droits des usagers. Dans ce cas, changez de médecin, et contactez ASUD qui vous conseillera et vous orientera vers l’Observatoire du Droit des Usagers (ODU) dont le rôle est notamment de faire remonter ce type de pratiques malveillantes aux autorités de tutelle.

Si vous avez donc toute latitude pour refuser de vous soumettre à une analyse d’urine, celle-ci peut cependant s’avérer utile dans la définition et l’appréhension objective de vos consommations, y compris celles issues du marché noir. Nombre d’usagers sont étonnés par la nature exacte des substances qu’ils consomment, souvent à des années-lumière de ce qu’ils avaient cru acheter.

Ces analyses peuvent parfois suppléer à la parole défaillante (difficulté pour nombre d’usagers de parler de leurs consommations). Elles permettront au médecin de se faire une idée plus précise de vos besoins et de pouvoir prescrire le Suboxone en conséquence. Un instrument supplémentaire à votre service.

Afin d’établir un diagnostic précis de votre état de santé, votre médecin peut vous demander de vous soumettre à un test urinaire permettant de détecter précisément les substances qui circulent dans votre organisme. Le prélèvement peut directement se faire au cabinet du praticien, qui l’adresse ensuite à un laboratoire d’analyse compétent. Rien ne vous oblige à vous soumettre à cette analyse d’urine.

picto-oduà savoir

Pour tous problème avec un professionnel de santé (médecins, pharmaciens, CSAPA, CAARUD, etc.) vous pouvez contacter l’Observatoire du Droit des Usagers d’ASUD.

Si elle conditionne la délivrance de méthadone, cela n’a jamais été le cas pour les traitements par BHD. Les tests urinaires ne peuvent donc pas vous être imposés. Le médecin ne peut en faire un préalable obligatoire à votre traitement par BHD. Pas plus qu’il n’est en droit d’utiliser le compte-rendu de ces analyses à des fins coercitives, pour vous menacer d’un arrêt du traitement ou d’une diminution de dosage. Bien peu professionnelle par ailleurs, une telle attitude s’apparente à un abus de pouvoir et relève de l’atteinte caractérisée aux droits des usagers. Dans ce cas, changez de médecin, et contactez ASUD qui vous conseillera et vous orientera vers l’Observatoire du Droit des Usagers (ODU) dont le rôle est notamment de faire remonter ce type de pratiques malveillantes aux autorités de tutelle.

Si vous avez donc toute latitude pour refuser de vous soumettre à une analyse d’urine, celle-ci peut cependant s’avérer utile dans la définition et l’appréhension objective de vos consommations, y compris celles issues du marché noir. Nombre d’usagers sont étonnés par la nature exacte des substances qu’ils consomment, souvent à des années-lumière de ce qu’ils avaient cru acheter.

Ces analyses peuvent parfois suppléer à la parole défaillante (difficulté pour nombre d’usagers de parler de leurs consommations). Elles permettront au médecin de se faire une idée plus précise de vos besoins et de pouvoir prescrire la BHD en conséquence. Un instrument supplémentaire à votre service.

picto-oduà savoir

Pour tous problème avec un professionnel de santé (médecins, pharmaciens, CSAPA, CAARUD, etc.) vous pouvez contacter l’Observatoire du Droit des Usagers d’ASUD.

L’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) de la méthadone stipule en toutes lettres l’obligation de procéder à des examens d’urine. D’abord, pour vérifier que vous être bien dépendant aux opiacés lors de la primo-prescription. Ensuite, pour évaluer et suivre sur la durée votre consommation d’autres drogues, licites ou illicites.

L’analyse urinaire est censée renseigner – vous-même y compris – sur vos consommations de produits illicites depuis votre dernière prescription. Cependant ces examens sont parfois utilisés pour faire pression sanctionner une consommation de substance illicite, avec une forme de chantage à la baisse de votre posologie, voire des menaces d’exclusion du programme.

Subtitution | Informez-vous, informez-nous Echangez sur le forum