NPS qu'est ce que c'est ?

NPS qu’est-ce que c’est ?

Dernière mise à jour : 06-11-2018

NPS qu’est-ce que c’est ?

NPS pour « Nouvelles Substances Psychoactives » désigne un éventail de produits très variés : opioïdes, amphétamines, hallucinogènes, benzodiazépines, cannabinoïdes etc. En fait on retrouve des NPS dans toutes les familles de produits psychoactifs, on en retrouve même beaucoup. Entre 2008 et 2013, au plus fort de leur diffusion (voir historique), le nombre de nouveaux produits détectés chaque année en France est officiellement passé de 3 à 37 !

visuel réalisé par le centre d’addictovigilance de Paris en collaboration avec drugwatch.

Derrière cette pluie de nouvelles molécules on trouve d’un côté des consommateurs qui se fournissent directement sur Internet, et de l’autre des laboratoires qui prennent de vitesse les processus d’interdiction des drogues (cf vos droits) en proposant sans cesse de nouvelles molécules que les Etats n’ont pas encore eu le temps d’interdire. En effet, à partir d’une molécule qu’ils vont très légèrement modifier, les chimistes peuvent synthétiser des séries entières de molécules dérivées ! Par exemple, à partir de la molécule « cathinone », le principe actif du khat (une plante aux effets stimulants consommée dans l’est de l’Afrique), les laboratoires ont produit et mis en vente des dizaines de « cathinones », c’est à dire des molécules suffisamment proches chimiquement de la cathinone primordiale pour qu’on les y rattache. Ce processus de dérivation des molécules n’est pas nouveau, c’est même le propre de la recherche pharmacologique de procéder ainsi, en témoigne le numéro 25 du LSD qui signifie qu’il s’agissait du 25 ème dérivé de l’acide lysergique synthétisé par Hoffman. La différence c’est qu’alors qu’auparavant la plupart de ces molécules restaient inconnues du public, aujourd’hui, par un effet inattendu de la prohibition des drogues, on en retrouve bon nombre sur le marché !

Devant la grande diversité des NPS, la question se pose de l’intérêt de les regrouper en une seule et même catégorie. Pourtant, aussi différents qu’ils soient, les NPS ont bien des points communs : d’abord leur disponibilité sur Internet, qui demeure leur premier vecteur d’acquisition. Ensuite leur caractère de nouveauté : comme leur nom l’indique les NPS sont généralement nouveaux, récents, on manque donc de recul quant à leurs effets à moyen et long terme. C’est d’autant plus vrai que, s’agissant de substances officiellement non destinées à la consommation humaine, elles ne sont l’objet d’aucun test sérieux visant à établir leur nocivité… On pourrait supposer que, n’ayant aucun intérêt à perdre leurs clients, les laboratoires évitent de commercialiser des produits dangereux. C’est en partie vrai mais attention, bien que ça soit rare, on a déjà vu quelques substances littéralement toxiques vendues sans aucun avertissement particulier sur des sites « classiques », par exemple de la brephédrone, une cathinone hautement neurotoxique ou du 5F-UR-144, un cannabinoïde toxique pour les reins. Le fait qu’un produit soit vendu sur Internet ne prouve rien quant à sa dangerosité ! Surtout quand vous prévoyez de le mettre dans vos narines / veines / cul alors qu’il est écrit en petit dessus « Not for human consumption »

Récents, variés, nombreux, potentiellement dangereux et disponibles sur Internet, voici quelques éléments qui caractérisent les NPS. Un tableau plutôt sombre qui pousse à se demander pourquoi certains consommateurs se tournent vers ces produits. Il y a plusieurs réponses :

– d’abord le statut légal ambigu de certains d’entre eux qui évite les risques judiciaires (mais attention pas de tous, lisez la partie « Nos droits »).

– Ensuite leur prix souvent très bas et leur accessibilité (à condition d’avoir Internet, une carte bleue et une adresse, n’importe qui peut s’en procurer sans même sortir de chez soi).

– Leur grande diversité attire aussi certains psychonautes (voyageurs intérieurs) en recherche d’expériences, qui peuvent apprécier la possibilité de multiplier à l’infini les nouvelles expériences de modification de la conscience.

– Enfin, tout simplement les effets de certaines de ces molécules, qui sont parfois plus appréciés par les consommateurs, que ceux d’autres produits « classiques ». En effet, beaucoup ne voient dans les NPS que des imitations des produits classiques : les « coke-like », les « MD-like », les « héroïne-like » ou les « LSD-like ». Pourtant ces nouvelles molécules ont en réalité des effets (et des risques) qui leur sont propres. Pour mieux les comprendre vous trouverez plein d’infos sur cette plate forme mais aussi sur les liens suivants :

Psychonaut

Psychoactif

Techno+

Erowid

Psychonaut.wiki

Vous trouverez ici un historique des NPS, de leurs origines lointaines à leur diffusion récente en passant par les étapes marquantes du phénomène.

NPS, RC, Legal highs