De la lutte contre la toxicomanie à l’addictologie en passant par réduction des risques

Lutte contre la toxicomanie, réduction des risques, addictologie, depuis 50 ans nos politiques des drogues sont enfermées dans le cercle de la prohibition des substances psychotropes listées au tableau des stupéfiants du fait de la loi du 31 décembre 1970.  

Alain Morel, directeur général d’OPPELIA, Fabrice Olivet  rédacteur en chef d’ASUD Journal  et  Alessandro Stella , CRH (EHESS-CNRS)

Ce qui est ignoré du grand public c’est la modification des pratiques de soins qui sont passées du psychologisme des années 1970- 1980 à la médicalisation, aujourd’hui dominante en addictologie. Le point commun de toutes ces politiques est leur incapacité structurelle à faire bouger d’une ligne le dogme de l’incrimination de l’usage de stupéfiants, tout en proposant des explications antagonistes sur les mécanismes du phénomène et la réponse de l’Etat. 

Dans le cadre habituel du séminaire sur les drogues, animé par Alessandro Stella, nous vous proposons une discussion basée sur le témoignage de deux observateurs privilégiés des politiques de drogues en France, à la fois commentateurs et acteurs, l’un comme ancien président de l’association Nationale des intervenants en toxicomanie (ANIT), l’autre comme animateur du premier journal conçu par et pour les consommateurs de substances illicites. Fabrice Olivet présentera aussi en avant-première son nouveau livre : Au risque de la race, éditions de l’Aube.

Commentaire

  • PETIT GUIDE DU SEVRAGE-MAISON:
    AVANT TOUT, allez consulter, ce guide n, est qu’un recueil de conseils de la part d,un ancien junky de longue date à un autre…
    Durée: 7 à 10 jours (c’est long, très long!)
    Préparation: Prévoir:_ un bon lit et qq gros oreillers confortables dans une piéce douce, si possible pas trop éloignée des toilettes. (cela est important, j’y reviendrai)

    _2 ou 3 bouteilles d’eau, pas trop grosses.(vous en aurez tjrs une à dispo pendant que l’autre est au frigo)perso un peu de sirop ou de l’ice-tea passait mieux pour moi

    _ des vêtements amples( un futal de jogging ample et confortable)
    _1 petite poubelle au fond hermétique ( vous allez bcp vomir)
    _ qq gateux sucrés
    un gros sac poubelle pour les dêchets (mouchoirs,etc…)
    _des mouchoirs/sopalins, pour essuyer les fluides ( morve, vomi,etc…) car vous allez littéralement vous vider de partout…
    _ qq médocs( ATTENTION, voir avec votre médecin, IMP.!!!!!!), tels que anti-diarrhéique, antivomitif,paracétamol et benzo)
    ATTENTION aux benzos, ne pas dépasser un mois car ils accrochent vite, surtout chez une pers. déjà addict, sous peine de dépendance forte et rapide!!
    _ un ventilateur/torchon, aide à enlever les sueurs froides dégueulasses et les différents fluides que votre corps va excréter.
    Vous êtes prêt? C’est parti…
    Voilà ce que vous devez savoir sur le déroulement d’un sevrage sec, jour après jour.
    Jour 1:
    Vous commencez à ressentir les symptomes du manque, et malheureusement, cela ne va qu’empirer jusqu’au 3éme jour.
    Jour 2:
    le manque s’amplifie, vous n’arrivez pas à dormir et avec les crampes/sueurs froides/frissons, votre corps n’est plus qu’une plaie géante.
    Jour 3:
    Voilà, vous atteignez le pic de souffrance, MAIS, ça va commencer, au 4éme jour, à aller de mieux en mieux.
    Jour 4:
    Ca va commencer à s’améliorer, même si ça n’est pas franchement le top, mais le plus dur est fait.
    Jour 5 à 7:
    petit à petit, lentement, ça va mieux. ça parait court mais si vous tenez jusque là, ces qq jours vous auront paru une éternité.
    Jour 7 à 10:
    votre corps se remet doucement, les douleurs/vomissements diminuent.( perso, seules les diarrhées continuent encore q semaines)
    à ce niveau vous n’en pouvez plus mais félicitations, vous l’avez fait!!! Continuez à vous motiver, le plus dur est derriére mais il faut garder sa motivation!
    à partir du 5éme jour, si vous arrivez à vous lever, allez prendre une bonne douche chaude, ça vous fera le plus grd bien car il faut l’avouer, vous sentez trés mauvais!!!…la motivation est imp. pour entretenir votre clean .
    Cette douche vous fera vraiment du bien à tous points de vue (hygiéne corporelle, soulagement des crampes, etc…)

    Qq conseils/mises en garde:
    -CONSEILS: -perso le cannabis est LA SEULE CHOSE qui me soulageait un peu à lutter contre les douleurs/insomnies…
    -ne soyez pas trop loin des W.C. au risque de ne pas avoir le tps de les atteindre, et de vous vider sur le trajet…(Attention: ne tentez pas de péter, même si votre ventre vous fait souffrir le martyr, vous allez vous vider dans le lit….cela peut vous faire sourire mais ça n’est pas une blague)!…
    -buvez régulierement et par petites gorgées même si vous n’en avez pas envie, pour lutter contre la déshydratation!!!
    (c’est trés imp., voilà ppourquoi je préfèrais l’ice-tea ou le sirop, ça passait mieux)
    -MISES EN GARDE:
    -à part les médocs (Valium) et le cannabis, surtout NE PRENEZ RIEN D’AUTRE ( cocaïne/amphets/alcool/etc…) !!! cela ne ferait qu’amplifier les symptomes et ne fera AUCUN BIEN!!!
    – tout le monde n’est pas capable, physiquement ou mentalement, pour un sevrage sec . Si c’est votre cas, N’AYEZ PAS HONTE, il y a d’autres solutions ( traitement de substitution) moins douloureuses. (un proche a tenté le coup mal préparé et a sauté par la fenêtre le 3éme jour.Du 10éme étage, il ne s’est pas raté….)
    -ATTENTION aux benzos!!!
    Si vous avez tenu le coup, il faut penser à la suite, histoire de se préparer à lutter contre les rechutes!!!Motivez- vous , sortz, faites un peu d’activités physiques qui feront du bien au corps et à l’esprit. Tentez qq séances chez les N.A. (Narcotiques Anonymes, il y a des assoc partout) Cela aide de parler avec des gens bienveillants qui sont passés par là et savent parfaitement ce que vous vivez!!!
    Cela compte bcp car les junkies sont mal vus partout, y compris dans les hopiteaux.
    Alors que tous ces cons qui vous jugent n’ont pas la moindre idée de l’enfer que vous avez vécu et traversé…MERDE à EUX!!!
    Maintenant il est temps de penser à vous et votre clean. La motivation ( quelle qu’elle soit) est extrémement imp. pour la suite…Car malheureusement les rechutes sont fréquentes. Si cela vous arrive, ne vous lamentez pas sur votre sort, ça arrive c’est tout. Vous n’êtes pas plus faible qu’un autre. Au contraire, si vous avez survécu à un sevrage, vous êtes un warrior! et serez mes idoles. Alors pas de lamentations, on embraye et se remet en piste…
    L’addiction est UNE MALADIE!
    Au même niveau que ttes les autres…vous n’êtes pas une merde ou un enfoiré contrairement à ce qu’on vous dit. Vous êtes un malade comme les autres, qui a besoin d’aide et d’être soigné d’une maladie…il est important d’avoir une bonne image de vous, cela n’est pas facile qd on a été conspué de partout, mais c’st imp. pour entretenir votre clean, et parce que c’est la vérité.

    Voilà, je pense vous avoir tout dit, même si j’ai certainement oublié, involontairement, qq choses, mais vous savez l’essentiel. Prenez soin de vous, vous en valez lz coup! Je vous aime mes fréres et soeurs de coeur.
    Jules.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2020 A.S.U.D. Tous droits réservés.

Inscrivez-vous à notre newsletter