Avril 2016 : Session Spéciale de l’Assemblée Générale des Nations Unies

écrit par ASUD, le 19-04-2016 Thème : International, Politique, Antiprohibition.

Le débrief de l’envoyé d’ASUD à l’UNGASS

Du 19 au 21 avril, une Session Spéciale de l’Assemblée Générale des Nations Unies (UNGASS) se tiendra à New York. Elle sera dédiée à la question des politiques en matière de drogues. L’Assemblée Générale est le plus haut organe représentatif et d’élaboration de politiques des Nations Unies (ONU) et ses rares Sessions Spéciales se centrent sur des sujets pertinents à la demande des Etats membres. L’UNGASS sur les drogues a le potentiel d’être un débat ouvert et réformateur sur le système international de contrôle des drogues – mais beaucoup de travail reste à accomplir pour s’assurer qu’elle atteindra ce potentiel.

Le Consortium International sur les Politiques des Drogues (IDPC) est un réseau mondial de plus de 120 organisations de la société civile regroupées pour promouvoir un débat objectif et ouvert sur les politiques nationales et internationales en matière de drogues. Ce document souligne les cinq « demandes » principales que les membres du Consortium chercheront à promouvoir d’ici 2016. Ces « demandes » ont été développées par le biais de consultations parmi les membres de l’IDPC, et chacune d’entre elle sera l’objet de documents plus détaillés dans les mois prochains :

  • DEMANDE 1: Assurer un débat ouvert et inclusif
  • DEMANDE 2: Redéfinir les objectifs des politiques en matière de drogues
  • DEMANDE 3: Soutenir l’expérimentation et l’innovation politiques
  • DEMANDE 4: Mettre un terme à la pénalisation des populations les plus touchées
  • DEMANDE 5: S’engager à une approche de réduction des risques

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 + = onze

1 Commentaire

  1. LRC

    Un immense merci de porter à notre connaissance ce document qui n’est rien d’autre qu’une bombe à retardement pour les prohibitionnistes. Elle pourrait leur exploser à la figure sous la forme de procès de la part des cannabinophiles au motif d’atteinte à leurs droits humains. On ne peut pas dire que les jours de la prohibition soient comptés. Les jours non, mais les mois, oui.

    Répondre