Fareng en galère (panne de TSO en Thaïlande)

écrit par Fabrice Olivet, le 30-03-2015 Thème : Méthadone, TSO.

Les « farangs », ce sont les nombreux étrangers qui déambulent sur les trottoirs de Bangkok ou sur les plages de Ko Phi Phi. Ce nom dériverait de « farrangset », le mot pour dire « Français » en langue thaïe. Notre pays entretient depuis de longues années une relation privilégiée avec cette destination qui réussit le tour de force d’être à la fois le pays de la  boxe et celui des massages, mais qui fut aussi longtemps célèbre pour la qualité de son héroïne blanche. Récit de galère stupéfiante au royaume de Siam.

Le drame

L’histoire débute avec un mail reçu le 5 août 2014, à 13h38, dans les locaux d’Asud :

« Je suis en Thaïlande depuis 2 semaines… je suis très emmerdée. J’ai pris le train de Bangkok à Ko Pha Ngan, une île à l’est de la Thaïlande, et durant le trajet de nuit je me suis fait voler mon sac à dos contenant mon traitement méthadone, des vêtements et quelques objets sans importance. Je prends 40 mg par jour en gélules. Dans mon malheur, j’ai toujours mon sac à main qui contient mon passeport, une ordo en anglais, une ordo en français, bref, tout ce qu’il faut pour être « en règle » avec les autorités, ce qui prouve ma bonne foi. Je commence à être vraiment très mal, à pas dormir, à ressentir des “coups de jus” dans tout le corps… j’ai très froid… je me sens hyper émotive… Je suis allée hier à la clinique locale mais j’ai dû patienter trois heures pour voir le médecin qui, au final, m’a dit qu’il n’y avait pas de méthadone sur l’île. Il m’a juste conseillé d’acheter du Valium® à la pharmacie du coin (10 comprimés pour 500 baths, 15 euros environ…) pour pouvoir dormir mais sans succès… je n’ai pas réussi à fermer l’œil. Je vais écourter mon séjour sur cette îile pour me rendre à Bangkok afin de régler ce problème qui me pourrit la fin de mon voyage. J’aimerais pouvoir voir un médecin ou me rendre dans un hôpital mais je n’ai aucune adresse. Je repars à Paris le 12 août, mais cela me semble tellement long que je ne vais pas pouvoir tenir, je suis très mal !! Avez-vous une adresse sur Bangkok ? Le nom d’un médecin, d’un hôpital, d’un centre méthadone ? Que puis-je faire ? Quelle est la marche à suivre ? Merci si vous pouvez m’aider », Chantal.

Trouver une prescription de méthadone en urgence à Paris au mois d’août, c’est déjà pas gagné, tout le monde est en vacances, alors en Thaïlande… Cet appel sonne comme un véritable défi lancé à notre réseau. En l’occurrence, notre seul espoir réside dans le maillage international des militants de la réduction des risques que nous rencontrons depuis de longues années dans les différentes conférences. Pour la Thaïlande, notre meilleur contact s’appelle Karyn Kaplan. En 2002, après une décennie au service des populations les plus stigmatisées du royaume, Karyn fonde avec Paisan Suwanawong le Thaï Aids Action Group, la première ONG dont l’objet est de dénoncer les atteintes permanentes aux droits de l’homme endurées par les prostitué(es), les junkies et les membres de minorités ethniques. Karyn vit aujourd’hui à New York mais n’hésite pas à sonner le tocsin sur Internet pour trouver une relais local à Chantal.

George Barbier - Chez la marchande de pavots

George Barbier (1882-1932), Chez la marchande de pavots, 19 , tirée de l’ouvrage « Le Bonheur du Jour, ou Les Graces a la Mode » assemblé et publié par Jules Meynial, 1924.

La remédiation

Deux jours passent, et le 8 août à 14h13, nous recevons ce mail incroyable : « Je suis avec Chantal a l’hôpital Thanyarak – elle a reçu sa méthadone à l’instant. Tout est en ordre », Pascal. Que s’est-il passé en quarante-huit heures ? Qui est ce mystérieux Pascal capable de transformer l’eau en opium ? Le SOS lancé par Karyn a été entendu par Pascal Tanguay, militant des droits de l’homme, lui aussi mobilisé depuis de longues années au service des plus démunis. D’abord engagé avec l’Asian Harm Reduction Network (Réseau asiatique de réduction des risques), il a ensuite travaillé pour une organisation thaï, la PSI Thailand Foundation, officiellement chargée de venir en aide aux toxicos.

Chantal n’en revient pas de la réactivité dont elle a bénéficié à 8 000 km de la Sécurité sociale, mais reste mesurée quant à celle déployée par les Thaïlandais :

« Encore merci à tous… Quelle efficacité !! rapidité !!!!!! À peine arrivée de Ko Pha Ngan, j’ai vu Pascal dans l’heure qui a suivi mon arrivée. Nous nous sommes rendus à l’hôpital public des « toxicomanes » qui prend en charge les conduites addictives et problèmes de dépendance en tout genre… »

Suit le récit détaillé en 4 étapes d’une prise en charge qui n’a rien à envier aux meilleurs services de l’Hexagone :

« Tu rentres dans une salle d’attente ou il doit faire 15°C, la clim à donf, et là, tu attends :

– 1ère étape : Tu es d’abord reçu par le service administratif afin de créer ta petite carte comme à l’hosto avec ton nom et prénom, puis tu attends…

– 2e étape : Dans cette même salle d’attente, une infirmière ou aide-soignante prend ta tension, te pèse, demande ta taille, te pose quelques questions du genre “comment te sens-tu ? As-tu des douleurs ?” Puis, avec une lampe de poche elle regarde tes pupilles, apparemment pour éviter de donner des TSO à des gens trop défoncés. Et là, tu attends à nouveau, 1 heure, 2 heures, tu attends… et tu as de plus en plus froid avec cette clim… Et puis, ô miracle !, les derniers patients viennent d’être appelés et tu te dis c’est toi la prochaine…
Mais tu attends encore 20 minutes, puis, enfin, on t’appelle… 


– 3e étape : Un docteur arrive tout sourire… te fais la prescription, te demande si tu veux du Xanax® pour dormir, et te remet un document pour pouvoir transporter légalement tes fioles afin de passer la douane sans encombre.

– 4e étape : Tu sors de cette salle d’attente pour te rendre à la caisse et à la pharmacie.

Au total pour une semaine de traitement à 40 mg par jour et une plaquette de Xanax®, j’ai payé 1 750 baths (50 €), et peut-être même puis-je me faire rembourser en France. Sans Pascal, rien n’aurait été possible, il m’a accompagnée, a fait le traducteur, est resté toute l’après-midi avec moi, et toujours bienveillant, m’a rassurée de 14h30 à 19h afin de s’assurer que je parte avec mon traitement. M’a fait appeler un taxi. Bref, un mec en OR. Et respect pour son boulot dans un pays où les toxicomanes sont considérés comme des criminels, et où ceux qui ont l’hépatite n’ont pas accès aux soins. Bravo et encore merci Pascal qui est vraiment la personne que vous pouvez contacter pour les farangs en galère de TSO en Thaïlande. »

Épilogue

19 août, 13h40, retour à X, ville du sud-ouest de la France :

« Je suis de retour, je vais m’empresser de raconter mon histoire à ma généraliste, le docteur Bip, qui a REFUSÉ de me faire une attestation en anglais avant mon départ en m’expliquant que « traductrice, ce n’est pas mon métier »... »

Voici donc un récit édifiant sur les aléas de la traversée des frontières en mode TSO. Si vous êtes un farang en galère à Bangkok, ou si vous en connaissez un ou une, adressez-vous à PSI Thailand Foundation* et demandez Pascal Tanguay.

Enfin, n’oubliez jamais de préparer en amont votre voyage en faisant rédiger votre prescription en français pour la pharmacie et en anglais pour la douane, et renseignez-vous pour obtenir le certificat de transport de stupéfiants (voir encadré).

PSI Thailand Foundation – Q.House Convent Building- Unit 12A –12th Floor – 38 Convent Road – Silom, Bangrak, Bangkok 10500 – Thailand Tél. : + 66 (02) 234-9225-29 Fax : + 66 (02) 234-9230

Serial-Dealers

A retenir

Après avoir longtemps été le pays de production, de consommation, et de vente de la meilleure héroïne du monde, la Thaïlande a refusé de prescrire des TSO jusqu’en 2010. Depuis, comme le prouvent les aventures de Chantal, des prescriptions sont faites à Bangkok. Il est de toute façon impératif d’avoir une ordonnance rédigée en anglais et une attestation de transport de stupéfiants délivrée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Enfin, pour tous les volumes de médicaments supérieurs à la durée légale de prescription (28 jours pour la méthadone depuis 2014), une prise de contact de votre prescripteur avec un relais sur place est possible.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à consulter la fiche pratique Partir à l’étranger de notre  rubrique Substitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ un = 3

22 Commentaires

  1. dubourg

    ceci n’est pas un commentaire. En fait, après avoir lu le témoignage de Chantal, j’espère que vous pourrez m’aider. Je suis en Thaïlande depuis le mois d’octobre et dans 4jrs, je vais être en panne de subutex. J’avoue ne plus savoir que faire car j’imagine très mal être en manque seule, dans une guesthouse où la chaleur est accablante. Je ne vais pas vous faire l’historique de mon voyage mais il se trouve qu’il y a eu une faille dans ma « parfaite » organisation; bref je suis terrorisée. pouvez vous me répondre avant que ce mail soit exposé devant moult internautes? je serai plus explicite. merci

    Répondre
    1. hacker patrick

      salut Mr Dubourg!

      Si tu as la chance d’etre dans le Nord, tu devrais trouver de la métha comme je l’indique dans mon msg précédent, sinon au pire tu peux toujours essayer de sympatiser avec un chauffeur de « tuktuk » qui ira t’acheter un morphinique pour toi! A toi d’avoir le feeling pour trouver un mec bien(de préférence, un peu agé), promet lui un billet selon tes moyens et fais toi enmenner devant une pharmacie, attend le type dans son tuktuk et ne donne pas de fric; si il veut bien t’aider il avancera l’argent normalement !!

      Répondre
  2. hacker patrick

    j’ai séjourné 2 mois en Taï du Nord à Chiang-Maï, c’était en 2006, à cette époque aux quatre points cardinaux de Chiang-maï, il y avait des centres de prescription et délivrance de « Métha »,
    mais 500 bath les 7 jours. J’ignorais qu’ils existaient, et ne sais pas si ils existent encore !?
    Qui pourait m’informer de ce qu’il en est ?

    Répondre
  3. chockdee

    elle a bien eu de la chance que ca se passe aussi vite car suivent ou on se trouve et avec peut de connaissance sur place ca peut etre vraiment difficille.le conseil que je donnerait est de ne pas perdre de temp a essayer de voir un medecin car seul un phsycatre peut delivrer de la meta. sinon essayer les bangkok hospital des grandes villes ou le probleme peut se regler vite contre un peut d argent mais qui est baucoup pour les locaux environ 8euros les 50mlg.sinon a changmai chercher le docteur phanuk a la limite du dealer mais tres efficate et un peut moins chere 7eu les 100mlg et peut faire des relais par envoie postaux par moment. mais cela n etait pas possible lors de mon dernier voyage octobre2014

    Répondre
  4. patrice

    Tu peux trouver de la meta dans tous les hôpitaux en thailande ou chezcpanu clinic a chiang mai, pres de thapae gate..
    Le mieux est d aller a l hosto avec un interprete, ton tuk tuk par exemple…s addresser au service psychiatrique.
    Bon sejour

    Répondre
    1. ASUD

      Merci Patrice,

      attention tout de même avant d’affirmer des opinions un peu tranchées, du type « la méthadone existe dans tous les hôpitaux en Thaïlande.. » Notre Fareng en galère n’a visiblement pas vérifié cette information l’été dernier. Peut être la situation a-t-elle évolué depuis?
      N’hésiter pas à nous fournir d’autres témoignages, avec un nouvel été qui se profile nous avons besoin de vos lumières sur cette question cruciale.

      Répondre
    2. Angel

      Je suis actuellement à chiang mai suis en sevrage je viens d’aller cher le Dr panu ils ont fermé le dispensaire si qqun a une autre adresse merci d’avanve

      Répondre
  5. barang

    Bonjour,

    Cherche à contacter Pascal Tanguay, le tel tombe sur un répondeur en thai uniquement, quelqu’un a t’il un numéro valide ou son mail svp ? Je vis au Cambodge, suis dedans et pas moyen de faire un sevrage ou une substitution ici .

    Dois rentrer en France et m’y faire soigner , aimerais avoir de la métha à Bangkok juste pour quelques jours car le voyage direct Phnom Penh Paris est quasiment impossible saans rien pour tenir

    Merci par avance

    Répondre
    1. ASUD

      Bonjour à tous,

      comme l’indique Thierry, le numéro de téléphone pour joindre Pascal notre relais à Bangkhok n’est pas forcément façile à utiliser pour un étranger stressé par le manque. Si vous êtes connecté vous pourrez toujours le joindre par mail à
      pascalembours@gmail.com

      Pour la suite nous nous occupons de bâtir une solution simple et utile pour d’autres farengs en galère de TSO . A suivre donc

      Répondre
      1. barang

        j’ai pu entrer en contact avec Pascal, grâce à l’ ASUD qui nous a mis en contact.
        On devrait pouvoir accéder à la métha à BKK, lors d’une escale de quelques jours entre Phnom Penh et notre destination finale.
        On est vraiment soulagés car on ne pouvait pas faire le voyage vu la durée sans être en manque, et en plus on aura un peu de temps pour rouvrir nos droits à la sécurité sociale en arrivant et pouvoir nous faire soigner gratuitement au centre TSO car on a droit chacun à 300 mg en « take away » en Thailande.
        Une solution pour les touristes et les expatriés serait un plus incontestable, car ici l’ambassade ne s’occupe pas de ces problèmes ( sauf évacuation sanitaire à un tarif délirant, mobilisation de membres du SAMU, le tout remboursé uniquement pour ceux qui sont à la CFE, les assurances santé privées excluent toutes ce qui a rapport avec alcool et stupéfiants)

        Le médecin travaillant avec l’ambassade aurait la possibilité de prescrire de la morphine pour couvrir le voyage puisqu’il ne dispose pas de métha, ou répondre à une demande de sevrage catapressan dans sa clinique, mais ce praticien ne semble avoir aucun intérêt pour les soins aux toxicomanes.

        Répondre
  6. patrice

    Pas de problème pour obtenir sa metha dans les hopitaux des grandes villes, chiang mai, chiang rai notamment.
    A chiang mai il est toujours possible de s adresser a panu clinic à 200 m de thapae gate, par contre la bouteille de 100 mg est passée à 500 baths chez lui.
    Bon sejour

    Répondre
  7. XD

    bonjour Pascal,
    Mille excuses pour le dérangement mais je ne trouve absolument rien de fiable sur internet hormis la page d’ASUD. L’ANSM peut donc me couvrir pour les 28 premier jours de mon voyage 85mg de méthadone/jours mais il est apparemment impossible de partir avec plus et mon voyage et censé durer a peut près 3 mois et demi.
    J’ai lu toujours sur la même page du site de ASUD qu’il existerai des relais et qu’il suffirai de mettre en contact mon prescripteur avec l’un de ces relais.
    quand n’est-il ? Qu’est-ce qu’un relais ? Avez-vous des adresses fiables de relais avec qui je peut prendre contact ainsi que mon médecin ? Cela fonctionne t’il comme ça ?
    Je vous remercie par avance du temps que vous me consacrez.

    En attendant je vous prie d’agréer mes salutations ; merci beaucoup.

    Répondre
    1. Pascal Tanguay

      Bonjour XD,

      Pardon pour le délai de communications.

      Il y a 111 hopitaux public en Thailande qui offrent de la méthadone et quelques dispensateurs dans le secteur privé (par exemple, la clinique du Dr. Panu a Chiang Mai). Les cliniques sont surtout concentrées a Bangkok mais il existe aussi des points d’accès en région. Avec une prescription, il ne devrait pas y avoir de problèmes d’accès ici en Thaïlande.

      Le Thanyarak Institute est officiellement en change de la supervision de tous les programmes de méthadone en Thaïlande; a Bangkok, le Bangkok Metropolitain Administration se charge de faciliter l’accès aux clients. L’organisation pour laquelle je travaille est une ONG locale qui aussi facilite l’accès aux services de réduction des risques.

      Du coup, mieux comprendre votre itinéraire et les dates de votre visite seraient utiles pour mieux vous conseiller et vous mettre en contact avec les services appropriés. Je pourrais vous envoyer une longe liste de dizaines de noms et d’organisations, mais une approche plus ciblée sera plus efficace pour vous et pour nous ici en Thaïlande.

      Au plaisir,
      P

      Répondre
      1. XD

        Bonjour pascal ,

        Un grand merci pour votre précieuse aide.

        Alors je voulais essayer des me faire augmenter ma prescription par mon médecin ce qui me permettra de tenir 2 mois, reste le 3ème mois a voir.

        à moins que je reste à ma prescription actuelle et que donc tous les mois je me présente a Bangkok ou Chiang mais peut-être y a t’il des relais ou hôpitaux qui pourrait aussi me la délivrer dans le sud : ko samui , pattaya…?

        Je part en mode guest house et sac a dos rien de trop planifier mais ces trois points me semblent bien répartis selon où je me trouve. Après si il faut des dates et des lieux précis oui on peux planifier ça ensemble ?

        Je compter aussi visiter le Laos et le Cambodge me faut-il refaire une demande de transport personnelle de médicament stupéfiant au prés de l’ansm pour ces 2 pays ou celle de la Thaïlande suffit ? (avec les ordonnances rédiger en anglais bien sur..)

        Peut-être est t’il plus sage de mettre en relation mon médecin addictologue avec l’un des centre que vous me proposer ? ou une simple ordonnance me suffit ?

        Je vous remercie encore pour le temps que vous prenez on n’aura peut être la chance de se croiser que je puisse vous remercier en personne.

        Répondre
        1. Pascal Tanguay

          Salut XD,

          Pardon encore pour le long délai avant ma réponse!

          Je crois qu’il y a un hôpital à Pattaya qui offre de la méthadone mais honnêtement je te recommanderais fortement de cueillir ta méthadone a Bangkok ou a Chiang Mai car les services de santé seront plus facile à naviguer, la méthadone sera plus facile à accéder et tu auras moins de pépin a cause de la langue et de ton passeport.

          Si on s’entend d’avance, je peux t’aider à naviguer le système de santé Thai (soit au téléphone ou en personne, de Bangkok bien sûr) – avec une prescription, il ne devrait pas y avoir de problèmes à cueillir la dose indiquée par ton médecin. Si tu veux y aller sans plan formel, ça se fait mais tu devrais prévoir d’être dans les environs de Bangkok ou Chiang Mai idéalement. Par contre, si tu es dans le sud de la Thaïlande, il sera peut-être plus facile d’aller à Songkhla ou Narkorn Sri Tammarat mais à voir comment tu sens la chose. J’ai une équipe de Thai qui opèrent dans 12 provinces alors il y aura certainement moyen de t’aider mais encore une fois, les sentiers battus et les grandes villes faciliteront le processus.

          Pour le Cambodge, il faut avoir une prescription (en anglais idéalement) et il est extrêmement difficile de se procurer la méthadone dans le pays – il existe une seule clinique à Phnom Penh et les docs hésitent à supporter les étrangers, particulièrement les touristes.

          Une fois que vous aurez vos plans de déplacement pendant vos trois mois en Asie, il serait peut-être effectivement utile d’être en contact avec votre médecin et je pourrai faciliter les contacts avec les représentants locaux en cas de besoin.

          Je suis joignable au +66869144117 (numéro local a Bangkok) et n’hésitez pas a me contacter lors de votre visite. On peux continuer à finaliser vos plans ensemble sans problèmes mais je tiens a vous aviser que je serai difficile à joindre dans les semaines à venir mais vous avez ma parole que vous pourrez compter sur notre aide.

          Du fait, je vous conseille aussi de contacter Eric Fleutelot a l’ambassade de France a Bangkok (j’assume que vous êtes français) afin de lui signaler votre visite et de l’informer de notre discussion. Je connais Mr. Fleutelot de longue date et il pourra vous venir en aide si jamais je ne suis pas immédiatement disponible lors d’une urgence une fois en Thaïlande. L’adresse courriel de. Fleutelot est la suivante: eric.fleutelot@diplomatie.gouv.fr; et n’hésitez pas a lui souligner ma recommandation par rapport a nos communications.

          Laissez moi savoir lorsque votre voyage sera confirmé ainsi que vos plans de séjour.

          Au plaisir,
          P

          Répondre
          1. Mélanie

            Bonjour

            Je suis actuellement à bangkok et je prend du subutex et je me retrouve sans rien j ai oublié mon sac a dos dans le train ! j ai toujours mon ordonnance pourriez vous me dire dans quel établissement je dois aller !!!

          2. Sarah

            Bonjour M. Tanguay je m’adresse a vous car me retrouve en Thailande en panne de buprénorphine (j’avais tres mal fait mes calculs car comptait réduire mes dosages). Dès le 5 mars au matin je serais sur Bangkok, aussi pourriez-vous m’indiquer où je pourrais me rendre pour pouvoir bénéficier d’un « dépanage »? J’ai également peur que tous les hopitaux soient fermés, vu que, comme par hasard, cela m’arrive un dimanche. Faut-il forcément aller au Thanyarak hospital ou bien d’autres hopitaux peuvent en fournir? Si la buprénorphine n’existe pas en Thailande je suis prete à prendre de la métha, ou meme du Temgesic, car là le manque commence sérieusement à se faire sentir. J’espère de tout coeur que vous pourrez m’aider. Merci de votre compréhension

  8. marine christophe

    je suis a kho samui et je prend du subutex 8mg je part le 6avril et je ne vais pas en avoir assez pour finir mon sejour a kho samui je ne c’est pas trop ou m’adresser je pensais allez al’hopital de bangkok hospital
    sans trop savoir si je pourrais avoir de quoi finir mon voyage si quelqu’un peut me repondre
    merci

    Répondre
    1. Andy

      Si tu veux je peux t aider laisse moi tes coordonnees ou un mail et je te contacterai.
      Se vuoi posso aiutarti. Lasciami un recapito che entrerò in contatto con te. Ciao

      Répondre
    2. ASUD

      réponse de Pascal Tanguay pour Sarah (arrivée sur notre adresse mail )
      Bonjour Sarah,

      La meilleure solution est définitivement l’hôpital Thanyarak mais effectivement, je crois qu’ils sont fermé le dimanche. Je fais quelques appels aujourd’hui pour voir s’il y aurait une clinique privée qui pourrait vous approvisionner. Je vous reviens par courriel plus tard aujourd’hui.

      Au plaisir,
      Pascal

      Répondre
  9. Andy

    Si tu as besoin laisse un message ici avec un numero ou un mail afin que je puisse te joindre.

    Répondre
  10. Therouin isabelle

    Bonjour . Je suis actuellement au Cambodge et serait sur BKK le 20/12/2016 . Pour des raisons d’ordre professionnelles ( offre d’emploi ), je vais devoir prolonger mon séjour en Asie du Sud est et je n’ai de la méthadone que jusqu’au 22/ 12 , retour compris . J’ai une ordonnance de mon médecin ( hélas pas en Anglais ) et aimerai savoir si je peux me procurer un mois de métha ( 28 jours ). C’est une occasion inespérée qui se présente à moi et ne pas en profiter à cause de ma substitution me rend malade . Qui peut me renseigner et où dois je aller le cas échéant à BKK ? Mon médecin doit il contacter qui que ce soit ? Je suis complètement stressée par cette histoire . Merci de me répondre si vous avez une solution et puis je encore joindre Pascal Tanguay ? Merci d’avance .

    Répondre