24h Chrono de la vie d’un tox au boulot

écrit par Kritik, le 03-10-2014 Thème : Vidéos.

Pas facile d’être accro et de n’éveiller aucun soupçon à ce sujet sur son lieu de travail. Surtout quand on s’appelle Jack Bauer et que le boulot consiste tous les ans pendant une journée à sauver le monde de la menace terroriste. La drogue au travail est l’une des intrigues secondaire de la saison 3 de la série 24 Heures Chrono.

Après un an passé à avoir infiltré un cartel de narcos mexicain, Jack Bauer a mis leur chef sous des verrous made in USA. L’infiltration de Jack est finie, il va retourner au bureau avec ses collègues. Seul hic, il est entretemps devenu accro à l’héro. L’occasion pour la morale américaine de nous montrer à grands coups de clichés le combat d’un (sur)homme contre son addiction. Il est 13h.

13h20
Jack montre des signes de manque, son coéquipier s’en rend compte. Lourds regards accusateurs et compassionnels à la fois.

13h26
Jack fait une crise de manque seul dans son bureau.

13h50
Son coéquipier lui annonce qu’il sait. Il ne dira rien à la hiérarchie mais désapprouve sa faiblesse.

13h51
Jack se prépare un shoot au bureau.

13h54
Sa fille l’appelle. Elle ne sait rien. Jack pense à elle, se sent coupable et renonce à son shoot.

14h01
Jack jette sa seringue pleine dans la corbeille à papier.

14h05
Son coéquipier lui propose d’essayer la méthadone plutôt que de shooter au bureau.

14h38
Pour son enquête, Jack fait une descente dans un squat de tox et tombe sur un injecteur. Jack marque une pause. Est-il dégouté ou aimerait-il être à sa place ?

15h00
Nouvelle crise de manque pour Jack qui attend quelqu’un dans sa voiture. Il décide de se shooter mais son rencard arrive juste avant qu’il n’ait pu s’injecter. Il planque son matos mais sa préparation glisse côté passager.

15h23
Jack vomit et ce n’est pas le mal de mer !

asud55 p32 24H Chrono15h40
Une docteure liée à l’enquête monte dans sa voiture et voit sa préparation. Elle comprend qu’il est en manque et le questionne. Jack avoue sa dépendance. Soulagement de pouvoir le dire à quelqu’un qui ne le juge pas.

16h40
Son coéquipier refuse d’exécuter un ordre au prétexte que c’est un camé. Il le prévient qu’il ne le couvrira plus à ce sujet.

17h43
Une collègue de Jack trouve la seringue qu’il a jetée à la poubelle. Elle fait analyser le contenu. C’est bien de LA Drogue. Toute l’équipe perd confiance en Jack et décide de dire à sa fille que son père est un drogué.

18h42
Jack est à nouveau en manque alors qu’il est prisonnier du cartel qu’il avait infiltré. On lui fait remarquer qu’il n’était pas obligé de se shooter pour s’intégrer parmi eux. S’il l’a fait, c’est pour soulager son mal-être.

19h25
Jack se réveille en manque dans un avion après avoir été assommé, ce qui ne l’empêche pas de tuer son gardien rien qu’avec les jambes.

20h15
Jack est en manque dans la villa du cartel.

21h10
Le chef du cartel propose à Jack de la méthadone. Il la prend pour enfin calmer son manque (les scénaristes ont dû se lasser des crises de manque qui ralentissaient l’histoire).

02h07
Jack revient au bureau. Tout le monde est au courant de sa dépendance. Son boss lui demande de se faire soigner sinon ils ne travailleront plus avec lui. Il accepte sur le champ et l’annonce à sa fille avant de se rendre à l’infirmerie pour une prise de sang.

02h30
Jack est envoyé chez un psy à qui il raconte son parcours dans la drogue. Il affirme s’être drogué pour des raisons uniquement professionnelles pour les besoins de l’infiltration. Ses supérieurs en doutent et pensent qu’il y a aussi pris du plaisir. Si c’est le cas, c’est une faute qui peut lui faire perdre sa place.

11h15
Jack explique à son boss qu’il s’est drogué par devoir patriotique et comme il vient de sauver le monde une nouvelle fois, on ne lui annonce pas tout de suite qu’il est viré pour s’être drogué. Il l’apprendra au début de la saison 4.

Bravo Jack, comme beaucoup d’entre nous, tu as dû te cacher, risquer ton job, galérer pour trouver une dose ou un coin tranquille pour shooter. Mais surtout, tu as senti le regard de tes proches, famille et collègues, changer sur toi pour la seule et unique raison que tu avais besoin de remplir ton corps de quelques molécules légalement prohibées et moralement répudiées. Mais en huit heures à peine dans la peau d’un tox, tu as trouvé le meilleur moyen, bien connu par chez nous quand l’ardeur militante n’est pas là, de contourner ces désagréments : le profil bas, le mensonge, le pipotage… Bref, tu leur as servi le discours que la société veut entendre pour qu’on nous fiche la paix. Mais y croyais-tu Jack ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 − trois =

Aucun Commentaire