Vive la drogue, nom de Dieu !

écrit par Fabrice Olivet, le 21-04-2014 Thème : Edito.

Oui c’est vrai, on aime ça. C’est du reste un peu pour cette raison qu’on en a pris, qu’on en prend et qu’on en prendra. Oui, nous sommes des fétichistes du matin glauque où la paupière est lourde et la langue chargée des turpitudes de la veille. Oui, nous appartenons à cette race de chacals (que soit mille fois maudit le jour où leur mère les a conçus) qui voient la modification de conscience comme un continent inexploré, un dieu primitif aux exigences bornées et au pouvoir thaumaturge. Voilà, c’est dit. C’est bon de soulager sa conscience.

Maintenant, s’agit-il vraiment d’un scoop ? Depuis sa créa­tion, Asud est le journal des gens qui en prennent. Notre slogan des années 2000, « le journal des drogués heureux », est une provocation au 180e degré, pas une profession de foi. En fait, comme tous les acteurs de la réduction des risques, nous nous cachons derrière notre petit doigt sanitaire. On nous accuse d’être prosélytes, on répond « sida » et on murmure « hépatite ». Mais ça, c’était avant.

C’était avant que la substitution, le matériel stérile, les conseils pour shooter à moindres risques, bref la politique défendue depuis le premier jour dans ce journal, ne permettent de sortir les drogués des statistiques du sida. Pourtant, si l’on se réfère aux attendus de la loi de 2004 qui légalise la réduction des risques, la menace virale reste la justification officielle. Un changement de cap qui autorise par exemple les usagers à venir piquer du zen dans un Caarud.

Alors, c’est quoi le sujet ? Le sujet, c’est l’ivresse posée comme un problème et non comme la solution qu’elle est de fait pour la plupart d’entre nous. Et là, on diverge. Et gravement. Autant il est vain d’être pour ou contre la drogue (on n’est pas pour ou contre les chaussons ou la saucisse), autant l’ivresse présentée comme une valeur qui honore la condition humaine est une cause qui mérite d’être défendue. Sommes-nous prêts à mou­rir pour cette cause ? Non, justement pas. Nous pensons au contraire que l’ivresse est une valeur de vie, pas de mort. Ne balayez pas cet argument, nous disons tout haut ce que beau­coup de gens pensent tout bas (et vive la marine !). L’ivresse est un état recherché depuis toujours pour explorer les chemins les plus chaotiques de l’existence et nous défendons TOUTES LES IVRESSES, les grandes, les petites, les vulgaires, les raco­leuses, les licites, les illicites, toutes. L’ivresse est un état qui honore l’être humain, une révolte contre la fatalité. L’ivresse est à l’origine de milliers de bonnes actions, de gestes d’ami­tié, de partages, de mots d’amour, de rires surtout. Supprimez l’ivresse, ne serait-ce qu’un instant, vous entendrez un silence étrange, celui qui sert dans l’expression « silence de mort ». Oui, je sais que ce n’est pas bien d’écrire des choses pareilles. Nous sommes l’association des gens qui en prennent, mais nous n’avons pas le droit de dire qu’en prendre, la plupart du temps, ça nous fait rire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 9 = quinze

3 Commentaires

  1. lionel

    ouuuuuuuhhhhhhhhhhhhhh que sa fait du bien un edito commme cela fabrice

    Répondre
  2. François Damoff

    Salutation
    Ouf ! J’ai eu du mal avec votre « calcul de math » .
    Perso ,je ne cautionne pas TOUTES les ivresses .Certaines sont trop pénibles pour les amis présents. Je pense a l’injection de Nembutal100 ,a certaines ivresses alcooliques aussi .Je pense a certaines drogues synthétiques …Cannabinoïdes synthés inclus .
    En gros ,barbituriques,benzos et somnifères plus certains nouveaux produits synthés et plus encore quand ils sont mélangés avec l’alcool .J’ai oublié la Méthaqualone .
    Par contre je promus Opium et ses dérivés .Coca et ses dérivés .Tous ou presque tout les enthéogènes compris les chimiques LSD extas 2cp etc.Le Cannabis bien évidement qui devrai être obligatoire .J’ai pas trop de passion pour les amphés mais chacun ses gouts .Amphés libres comme toutes les autres que j’oublie .
    Salut

    Répondre
  3. ClB84

    J’aime cet article sur l’ivresse …. même si j’ai véçu des ivresses que je percevais comme égocentriques – repli sur soi etc. Partage? Il m’est arrivé d’être content de faire découvrir tel ou telle drogue a des amis(e) …Etait-ce du partage ou du proselytisme? je ne me posais pas la question … J’étais heureux de partager cette sensation avec quelq’un qui en avait jamais pris – Ou avec des les amis(e) avec qui j’ai commencé. C’est vrai qu’on se payait des crises de rires – Des fous rires en pleine crise de manque je sais ça parait absurde. C’est arrivé assez souvent. Après les premiers morts les OD …Je n’avais plus envie de partager avec des « novices » et plus ils ou elle etaient jeunes et moins j’avais envie.

    Répondre