Le kit de survie du teufeur

écrit par ASUD, le 24-01-2013 Thème : Festif.

Quel est le minimum vital à amener en teuf pour ne pas avoir de mauvaises surprises et être pris au dépourvu.

– Un bloc de Post-it pour faire ses pailles soi-même. C’est ludique, et le papier a l’avantage par rapport aux pailles traditionnelles de ne pas risquer de couper nos fragiles muqueuses nasales. La paille doit être à usage unique pour éviter toute transmission du VHC. Le petit plus, c’est d’avoir de l’eau stérile pour se rincer le nez avant et après avoir sniffé.

– Des préservatifs. Ce serait trop con de passer à côté ou de faire sans. Le gel lubrifiant a aussi toute son utilité dans ces situations : il lubrifie le préservatif, évitant ainsi la principale cause de déchirure. De plus, la consommation de produit peut entraîner un assèchement des muqueuses vaginales chez la femme. Rappelons, à cet effet, qu’il existe un préservatif féminin encore sous-utilisé, alors que la grande majorité de ceux qui l’ont essayé en vante les mérites.

– Des sucreries pour éviter l’hypoglycémie.

– Des bouchons d’oreilles, surtout sur les teufs de plusieurs jours.

– Et de l’EAU.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 3 = six

1 Commentaire

  1. Shulginien

    Très bon conseil,pour ma part,j’rajouterai pour certaines pratiques,un truc pour se désinfecter les mains avant utilisation de certains produits et meme juste comme ça,parcequ’après 4-5 jours de tekos voire plus,les risques de transmission de différentes bactéries me semblent importants.J’en parle en connaissance de cause,et est il encore nécessaire de le rappeler mais ne buvez jamais dans la bouteille ou le verre d’un inconnu.

    Répondre