Fabrication du rachacha

écrit par Jimmy Kempfer, le 23-01-2013 Thème : Rachacha.

ASUD est allé voir Blue, un vieil ami qui habite à la campagne.

Fin juin, Blue était parti écumer un peu la province où son œil d’aigle a vite repéré les champs de gros coquelicots mauves et blancs. 15 jours plus tard, une fois les pétales tombées, avant que les paysans ne ne coupent les précieuses têtes de pavot, il y est donc retourné une nuit et en a rempli quelques gros sac. De retour chez lui, il a étalé les têtes sur une bâche en plastique pour les faire sécher.
Une semaine plus tard les têtes de pavot sont complètement sèches. Il en remplit un sac en jute, fait un nœud et saute dessus à pieds joints. Des milliers de petites graines s’égrènent alors à travers les mailles du sac sur le plastique.  » Il faut écraser les têtes, m’explique-t-il. Ça permet également d’enlever les graines qui contiennent des agents histaminiques qui provoquent démangeaisons, rougeurs et œdèmes ».

Après ça, les bulbes sont concassés et tamisées pour enlever le reste de graines, et enfournés, bien tassées, dans une grande lessiveuse pleine d’eau qui chauffe à feu doux. Au bout d’une petite heure, ça frémit. Il rajoute un petit verre de vinaigre et de l’acide citrique. “ Ça transforme certains alcaloïdes en six-acetylmorphine, ça fera un produit plus fort ! Certains mettent quelques graines de jusquiame pour la conservation mais cette plante est également hallucinogène, très toxique et ajoute à l’amertume” m’apprend-t-il en connaisseur. Toutes les demi heures il touille avec un grand bâton. Dans la lessiveuse, le liquide a bien réduit et les têtes de pavot toutes molles se sont tassées au fond. Il baisse encore le feu. “ Faut qu’ça bout doucement et longtemps ! ” Au bout de 6 heures, le contenu est retiré et filtré à travers un tissu pour enlever tous les résidus puis remis sur le feu.

Blue continue régulièrement à remuer: “ Faut faire gaffe, qu’ça n’attache pas ! ”. De temps en temps il rajoute de l’eau. Enfin, tard dans la soirée quand il ne reste plus qu’un épais bouillon noir qui bruit doucement en laissant éclater des bulles à la surface, il éteint le feu. A l’aide d’une louche, notre ami récupère l’espèce de pâte en raclant le fond et remplit un grand bocal en verre. “ Voilà c’est prêt,… plus qu’à refroidir ! ” Toute l’opération de cuisson aura duré environ 16 heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 Commentaires

  1. Babou

    ComSalut
    oui c’est exactement comme cela que nous le faisions au maroc .

    Répondre
  2. Babou

    mais cela peut se faire aussi a l’aide de solvents …Même opération que pour faire l’huile …Mais a laisser macérer plus longtemps .Résultat ,un opium,souvent plus fort et tenant mieux au corps que bien des diacétylmorphine .

    Répondre
  3. Bool

    Bonjour
    Je suis un peu toxicomane mon ttmt sub je l’injecte,faute de tune pour l’ RO ou la C.
    J’ai déjà pris de la rach; ça contre l’effet du S ou facilite les sales descentes d’ amph:bref forcément j’adore ça. Est-ce que l’on peut en préparer avec des coquelicots rouges?

    Répondre
  4. MANU

    La rachacha peut etre utile pour décrocher des opiacés plus durs…attention ça accroche quand meme puisquil y a de la morphine dedant!! L’opium contient environ 10 pour cent de morphine…la rachacha nest pas de lopium mais une décoction solide des tetes du pavot…avec un bon pavot je pense quune rach doit atteindre au moins les 5 pour cent de morphine…à consommer avec modération!!

    Répondre
    1. kriss

      a tu deja fait. Cette recette? Stp

      Répondre
  5. kriss

    Bonjour jaurrai aimer savoir svp si quelqun lavais deja fait cette recette la on ma toujour dit quil il y en avais pour 24h 72h… alors si quelqun peu.me repondre merci yopedu10@gamail.com

    Répondre
    1. wlad

      La recette marche très bien, il y a la possibilité de rajouter du vinaigre blanc pour extraire l’opium, mais je te déconseille, si tu n’en as jamais pris, de faire cette recette, je me suis foutu dedans tout seul il y a quelques années et n’en suis toujours pas sorti alors si tu n’es pas dépendant, évite de faire des conneries et prend plutôt de la psilocybine, la drogue des dieux!!! Par contre pour ceux qui sont sous TSO, la rach peut permettre de décrocher avec moins de problèmes que sous subutex !!

      Répondre
  6. klak

    combien de temps peut-on garder les têtes sèches avant de les cuire ? J’en ai depuis plus de 1 an j’ai pas encore ue l’occasion

    Répondre
  7. vails

    On peut le faire avec des coquelicot rouge je l’ai deja fait pas besoin d’ecraser tu met tout a cuire avec de l’eau faut remuer souvent,tamise au bout d’une heure et tu remet a cuire jusqua que l’eau soit evapore, pas besoin de 16h 2 a 3h suifit. Mais l’effet et tres leger pas comparable mais la sa a la meme aparence tu peut t’entrener et quand ta rien tu peut en fumer mais tatend pas a piquer du ned sa sera aussi fort que de la codeine le coquelicot et un cousin du pavot.

    Répondre
  8. Seb

    Il manque des infos. Ne jamais dépasser 80°, sinon vous détruisez des alcaloides. Ne jamais bouillir, ça doit juste faire une légère fumé (brume).
    Le mieux, c est de mixer les bulbes séchés, et une fois en poussière, vous mettez juste assez d eau pour noyer la matière. Moins il y a d eau, plus ça sera rapide à évaporer. Je laisse macérer 2 à 3 jours en mettant des petites chauffes de temps en temps. Je sépare plantes et eau, je filtre au filtre à café. Puis vinaigre et je chauffe sur plaque électrique à feu très très doux. Vers la fin , pas le peine de rajouter de l eau, vous surveillez et bougez la casserole pour étaler le miel au fond et l aider à évacuer les restes d eau. Vous obtenez un miel rouge. Si il est noir, vous avez raté la cuisson, et cramé votre production(ça fait de l effet quand meme). La rach et l’op m ont permis de décrocher de la metha et de l’ héro.

    Répondre