Tous à l’Appel du 18 joint 2012

écrit par ASUD, le 18-06-2012 Thème : Cannabis.

Afin de pousser le gouvernement à changer sa politique des drogues, vous êtes invités à participer massivement à l’Appel du 18 joint.
Nous savons que si nous ne provoquons pas le débat, il ne se passera rien.

  • ABROGATION DE LA LOI DE 1970
  • DÉPÉNALISATION DE L’USAGE DE TOUTES LES DROGUES
  • LÉGALISATION DU CANNABIS

ADIEU LA FRANCE EN BLEU
« Il n’y a pas de drogues douces ou dures, pas de petite consommation personnelle, pas d’expérience individuelle, pas de jeunes libres et branchés ; il n’y a que des drogues interdites, des usagers qui mettent en péril leur vie et transgressent la loi, des drogues interdites parce que, quoi que l’on ait pu dire parfois, toutes les drogues sont nocives. » Vous avez reconnu le style musclé de Nicolas Sarkozy qui a instauré la chasse aux fumeurs de cannabis en payant ses policiers au rendement, puis une fois élu président a nommé à la tête de la Mildt Étienne Apaire, soldat fidèle et un des artisans de la loi de prévention de la délinquance de mars 2007. En dix ans, tout a été entrepris avec des arguments éculés et fallacieux pour présenter le cannabis comme le fléau de la jeunesse et les militants du changement comme des irresponsables et des nostalgiques.

flyer du 18 joint 2012BONJOUR LA FRANCE EN ROSE

« Le cannabis crée de la dépendance » ou encore : « il est toujours le tremplin vers les drogues dures, la cocaïne ou l’héroïne », ainsi s’exprime Manuel Vals, lequel est « fermement opposé, au nom même des valeurs de gauche à toute concession dans ce domaine. »
Les arguments de notre nouveau ministre de l’Intérieur et sa réactualisation de la théorie de l’escalade ne devraient convaincre que la droite la plus réac. Nous comptons sur les représentants des autres ministères concernés par la question des drogues, mais aussi sur ses collègues au parti socialiste, pour persuader Manuel Vals que la loi de 1970 a fait son temps et que pour de multiples raisons, le moment est venu de la réformer.
Si vous en avez marre d’être pris en otage par des politiciens plus soucieux de leur électorat que du bien vivre de leurs administrés, si le cannabis est votre médicament et que vous galérez pour vous approvisionner, si vous vivez dans la crainte que la police découvre votre jardin secret… Si vous voulez que ça change, le CIRC vous invite à participer, partout en France, aux rassemblements organisés le 18 juin dans la cadre de « l’Appel du 18 joint ».

Flyer 18 Joint 2012 avec RBH
Lundi 18 juin à partir de 18 heures
L’APPEL DU 18 JOINT
Paris Grande pelouse de la Villette
Stands — Débats — Animations
http://www.18joint.org

Infor orga : CIRC Paris, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris
E-mail : circ75idf@circ-asso.net — Tél : 06 85 54 48 32

L’Appel du 18 joint n’est pas une exclusivité parisienne !

Un peu partout en France, à l’initiative du Circ ou pas, c’est l’occasion pour les activistes du cannabis d’exprimer leur ras-le-bol d’une politique qui ne sert à rien et coûte très cher aux contribuables.
Alors que la France a préféré la répression tous azimuts  à la réduction des risques, le nombre de consommateurs chez les 15/16 ans est passé de 34 % à 39%. Cherchez l’erreur !
Il est grand temps d’en finir avec la prohibition… Et nous l’obtiendrons seulement si les premiers concernés, NOUS, descendons pacifiquement dans la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ huit = 16

1 Commentaire

  1. Communiqué de la Gauche anticapitaliste

    Oui à la dépénalisation du cannabis

    Comme chaque année depuis 1976, « l’Appel du 18 Joint », prônant la légalisation du cannabis, réunira ses soutiens 18 juin à la Villette à Paris.
    Cette année, une polémique a explosé sur ce sujet, lancée par Cécile Duflot qui a affirmé être favorable à la dépénalisation du cannabis. Nous ne pouvons que soutenir cette position.
    La droite s’est emparée de la question pour dénoncer le laxisme de la gauche. Et le PS, qui aurait pu faire preuve d’un peu d’ouverture sur cette question, a aussitôt rappelé son opposition à cette mesure.
    Pourtant, cette position est intenable. D’abord, parce qu’elle n’a aucune influence (voire une influence néfaste) sur la consommation de cannabis : en 5 ans de « tolérance zéro » sous la Sarkozie, la proportion des jeunes de 15-16 ans consommant régulièrement du cannabis est passée de 15 à 24%. La France, qui est le pays d’Europe avec les lois les plus dures contre la consommation, est pourtant le pays où l’on consomme le plus de cannabis chez les jeunes de tout milieu social. Et ce sont les jeunes des milieux défavorisés ou issus de l’immigration qui sont envoyés en prison régulièrement, parfois pour simple consommation. En plus, la prohibition du cannabis conduit à un marché contrôlé par les mafias, qui vendent des produits particulièrement toxiques pour augmenter leurs bénéfices. On estime que près de 200 000 foyers en France font pousser du cannabis de manière illégale pour diminuer les coûts et les risques sanitaires.
    La pénalisation du cannabis n’est donc fondée sur rien. Son seul intérêt est d’instaurer un climat de peur, de flicage et de fichage massif de la population, permettant aux politiques de sortir du tiroir le sujet de l’insécurité en pleine situation de crise sociale.
    Si la gauche est de gauche, Hollande devrait immédiatement légaliser le cannabis, comme l’avait promis Mitterand en 1981, afin de couper l’herbe sous le pied aux mafias et aux produits coupés, et d’ouvrir la voie à une politique de prévention et d’éducation.
    Nous soutenons donc la pétition du Collectif d’Information et de Recherche Cannabique (CIRC) pour la dépénalisation de toutes les drogues, et la légalisation du cannabis, et participerons à « l’Appel du 18 Joint » !
    Le 17 juin 2012.

    Répondre