La salle de consommation de Madrid menacée par la crise en Espagne

écrit par Speedy Gonzalez, le 16-11-2011 Thème : International, Salle de conso.

La presse espagnole relate la fermeture prochaine de l’unique salle de consommation de Madrid. (cf Ci dessous trois liens en Espagnol). A partir de ces trois articles, voici un état des lieux de la situation, qui comprend notamment, une baisse de 35% du financement des dépenses consacrées à la lutte contre la toxicomanie dans la région de Madrid…

Détail important : 2 des articles ci-dessous sont des articles du grand journal de droite ABC , genre Le Figaro, mais néanmoins trés critique sur cette fermeture, mais comme plusieurs idées se chevauchent dans les 3, je vous fais une présentation de l’ensemble sans les traiter un par un. Je vous ai donné aussi quelques clés sur la salle et la situation politique à Madrid et en Espagne pour bien comprendre les enjeux. Il n’y a pas que ce journal qui dénonce cette prochaine fermeture, le plus grand quotidien espagnol El Pais le fait aussi sur une double page centrale dans son édition de dimanche, d’autres canards aussi…

Dans l’ensemble, il y a bien en 1er lieu le manque de fric dû à la crise terrible en Espagne qui explique en grande partie que le contrat souscrit entre la Région (politiquement à droite avec le P.P.) et l’entreprise privée qui gère la salle de Conso, qui se termine le 31/12/2011, ne sera pas renouvelé. Cette salle, il faut le rappeler, fut ouverte en l’an 2000 par le président de droite de la Région de Madrid M. Gallardon, contre l’avis du maire de l’époque pourtant du même parti, le Parti Populaire et contre l’avis de son président M. Aznar, elle fut la 1ère salle de conso en Espagne avec une à Barcelonne. A ce propos, Gallardon, l’actuel maire de Madrid, déplore aussi fortement sa fermeture…

Mais remettons cela dans le contexte politique actuel : pour 2012, la région de Madrid (qui a la compétence en matière de santé) va baisser de 35% les dépenses consacrées à la lutte contre la toxicomanie!! Ce n’est pas juste la salle de conso qui est concernée, par exemple, des 20 appartements collectifs pour des post cures, il ne va en rester que 7 en 2012! Le centre de désinto El Batan avec 130 usagers va aussi fermer! C’est donc bien un choix politique que la droite qui gouverne Madrid et sa région a fait déjà depuis quelques temps de réduire les dépenses sociales, de l’éducation et de la santé, désengageant l’Etat au profit du privé et ce qui se passe à Madrid constitue un avant-goût de ce qui attend tous les espagnols avec le triomphe écrasant annoncé du P.P. (droite) aux prochaines élections générales dans 1 semaine et d’où sortira le prochain gouvernement. Comme dit le psychiatre José Cabrera (créateur de la salle de conso de madrid), avec la métha les UD ne volent plus ni n’attaquent personne, ils ne font plus peur, donc ils ne sont plus intéressant pour le pouvoir!!! Il semble qu’il ait raison!!

Le coût de fonctionnement de cette salle de 2000m2 est d’1 million d’€ par an mais il faut dire qu’elle offre non seulement tous les services habituels d’une salle d’injection avec aussi des consultations médicales, sociales et juridiques, mais en plus, elle est un centre de distribution de métha et de RDR, a une laverie pour vêtements, des douches, une salle à manger où sont servis 4 repas chauds par jour, une salle de repos-télé, une bibliothèque, une bourse de vêtements et un dortoir avec 40 lits, le tout ouvert 24/24H et 7/7 jours. Selon les responsables, la salle reçoit quand même encore 100 personnes par jour dont 40 restent dormir alors qu’à la grand époque -entre 2000 et 2009- il y avait en moyenne 400 à 500 U.D. par jour qui l’utilisaient sur les 3.000 à 4.000 U.D. qui venaient à las Bartanquillas tous les jours et on avait estimé le nombre total d’UD à environ 13.000 !!!

Officiellement, la conjoncture économique n’a rien à voir, la raison selon l’Agence Antidrogue c’est qu’elle ne servirait plus réellement à grand chose, mais alors pourquoi ne pas la réouvrir là où tout le monde (flics, médecins et assos de RDR°) s’accordent que la situation est exactement la même qu’à Las Barranquillas à la belle époque, c’est à dire sur la scène ouverte de Valdemingomez…?

Tout le monde s’insurge contre cette fermeture qui en 11 ans a sauvé des centaines de vies (dixit): d’abord les UD qui protestent , font et vont faire des manifs devant l’Agence antidrogue de la région de Madrid accompagnés par le personnel de la salle , des adictologues du service de santé public et des assos impliquées dans la RDR.

Ils ont reçu aussi le soutient du maire de Madrid, de la Junta de Seguridad de Districto de Vallecas (Commission chargé des questions de sécurité et d’ordre public réunissant des élus municipaux, la police municipale et nationale de chaque district de la capitale, ici donc celui de la banlieue de Madrid où est située la salle) qui a envoyé en particulier une lettre à la directrice de l’Agence antidrogue, donc aussi responsable de la salle de conso, en regrettant cette fermeture et SURTOUT qu’il n’y ait pas de prévision d’en ouvrir une autre à Valdemingomez où elle fait cruellement défaut car la situation y est dramatique, avec des chiffres équivalent à ceux de las Barranquillas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 7 = deux

Aucun Commentaire