L’héroïne et les mélanges de produits

écrit par Fabienne Pourchon, le 09-08-2011 Thème : Heroïne.

Quels sont les risques liés aux mélanges d’héroïne avec d’autres produits psychoactifs ?

Héroïne + Cocaïne = Le Speed ball

C’est la prise simultanée de ces deux produits. L’effet stimulant de la cocaïne diminue le risque d’arrêt respiratoire. Mais la durée d’action de la cocaïne étant plus brève que celle de l’héroïne, l’arrêt respiratoire peut survenir quand l’effet de la cocaïne prend fin.

Héroïne + Kétamine

Ces deux substances sont des dépresseurs respiratoires, donc gare a l’arrêt respiratoire. De plus, en terme d’effet l’un potentialise l’autre….

Héroïne + méthadone

Ces deux substances se potentialisent alors soyez vigilants au risque d’overdose…. La méthadone pouvant diminuée les effets de l’héroïne, certains ont tendance a augmenter les doses…

Héroïne + buprénorphine (Subutex® et générique)

Le Subutex® est incompatible avec les autres opiacés (héroïne, rachacha, opium, morphine, codéine, méthadone…). il est conseillé d’attendre au moins 6 à 8 heures après la dernière prise d’héroïne pour reprendre du Subutex®, sinon gare à la crise de manque…

Héroïne + benzodiazépines

De manière générale, ce mélange augmente les risques de coma et de difficultés respiratoires

Héroïne + amphétamines

L’effet stimulant des amphétamines diminue les risques d’arrêt respiratoire.

Héroïne + alcool

A petite dose, l’alcool peut diminuer les effets de l’héroïne, d’où le risque d’augmenter les doses. A fortes doses, l’alcool aurait tendance à accentuer l’effet endormant de l’héroïne. Il y a un risque accru de surdose sans les deux cas.

Héroïne + cannabis ( dérivés)

Chez le uns, il atténue le stress de la descente, chez les autres, il accentue les réactions paranoïdes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Commentaires

  1. Bonnard

    Bonjour à tous , je vous écrit pour parler de mon clavaire sur héroïne je suis devenu un tox y’a 5ans et 3 mois , drogue à cette chose pendant 2 ans j’ai pue m’en (sortir ) Grace au subutex mais quelle erreur de ma part !! Oui sais un bon moyen mais sais encore plus vicelar car pour arrêter le sub au secours sa fais 3 ans je suis sous sub et j’ai pas changer en terme de quantité à prendre le plus grand dosage , un soir j’ai craqué j’ai reprit de héroïne pendant 1 semaine

    Répondre
    1. antox

      si tu veux arreter le sub !! moi j suis arriver au bout de 7 ans de traitement mon conseil tu mange 1 boite de neocodion + 2 comprimer de tramadol par jour pendant 1 mois apres tu diminu petit a petit moi perso sa fait bientôt 6 mois ke je prend plus rien sauf de temps en temp un pochon d’hero et tt va bien

      Répondre
  2. jérébidouille

    Bonjour a tous!J’ai 32 ans et Je suis toxicomane,comme pas mal de monde,depuis plus de quinze ans. Je suis sous subutex depuis 13 ans a 16mg/jours et depuis sept mois,j’ai obtenu une dérogation a 24mg.(Mais trés souvent je ne prend mème pas 20mg.) C’est énorme me direz vous;surtout si je vous dit que je l injecte mais je n’arrive pas à vivre autrement. j’ai des enfants et un boulot,alors on pourrait croire que je n’ai plus besoin de cette daube mais c’est faux. Car j’ai compris depuis longtemps que ce subutex est aussi garant de ma stabilité(mentale en 1er puis professionnelle en 2nd et enfin familliale. j’admire beaucoup tous ceux qui ont réussis à arréter;ce n’est pas un chemin de tout repos et j’en sais quelque chose… Mis à part le subu,et la fume quotidienne,je suis assez sage sur le reste…sauf exceptions.Avant de passer au subu,il y a longtemps je consommais 2g de rabla/jours (c’était pendant mes années de galère dans la rue…) et je reste assez fier d’avoir réussi a m’en passer mème si je n’ai en fait que remplacé un prod par un autre. Car selon moi il n’y a aucune stabilité avec la came alors que le subu,permet d’avoir une vie presque normale(malgré tout).(et oui,c’est assez mal vu d’aller bosser en manque d’héro et je connais pas un seul patron qui tolérerais que son employé se barre deux fois par poste pour aller pécho donc pour moi,le sub ça peut aider si vous partez du principe que c’est un soutien passager. Ce que je n’ai pas réussi à faire en fait puisque j’ai passé la moitié de ma vie sous subutex…C est ironique vu sous un certain angle.
    J’encourrage chacun de ceux qui veulent décrocher a s’approprier une facon personnelle d’envisager le sevrage(héro ou sub ou métha),et a ètre patient.Très patient. Car,vous le savez,les rechutes font parties du cheminement pour s’en sortir…Le chemin est long.
    Bonne chance a tous et a toutes
    jérébidouille

    Répondre
    1. Kiener

      Juste pour te prévenir au cas ou tu n’aurais pas l’info mais j’en doute,l’injection du sub bouche j les veines et le gros risque ces l’infection et tout ce que sa engendre et puis l’injection gonfle les mains et ce pour toujours du coup tes repères a 100 m .@
      Pour ma part je me considère chanceux j’ai pris sub par injection mais arrêter avant les dégâts je suis a 30 mng de metha +temesta 3,5 en tout le soir mais fier car je viens de loin et je suis super motivée pour me passer de toutes formes de drogue.
      Je te souhaite courage et chance !

      Répondre
  3. Gg

    Ca fait plus de 20 que je me drogue en shoot sniff fume ,plus je suis sous metha depuis mais 20 ans .merci le juge,aujourd hui j ai tous pour etre heureux une femme magnifique,mais je continue a sniffer cette merde et a prendre mon traitement plus medocs,plus alcool et le pire je suis en bonne sante et je fait 10ans de moins . Apparament ca conserve !

    Répondre
  4. Mael

    Bonjour,
    J’ai pratiqué le speeed ball pendant longtemps. Au départ injecteur d’héroïne, j’ajoutais une toute petite quantité de cc. Sur un gramme pesé d' »écaille de poisson » (nom bidon mais qualité forte), c’était un 12ème par shoot pour un quart de H. Pourquoi? Car le mélange potentialise les deux produits. La coke va être plus puissante, et son rush fort, puis l’héro tamise le tout, mais avec un high (jamais ressenti de « flash » sauf en speed ball et en iv de cc pure, là oui) très puissant. C’est le septième ciel. Les gens qui font ça se considèrent, avec raison vu le prix et l’effet et surtout la dangerosité, comme les seigneurs de la défonce car il n’y a pas mieux, plus puissant que cette double décharge dopamine-endorphine.
    Mais, non seulement on augmente les doses, et c’est la roulette russe à chaque taquet, mais on s’accroche à la coke. La H c’est le manque et tout, mais la c est si addictive qu’on oublie le speed ball pour passer à l’injection de coke pure, jusqu’à un quart de g par pompe, et plus (j’ai été jusqu’à…trop) c’est l’OD .
    Oui on pense aux dépressions respiratoires des opiacées (je n’ai jamais fait d’od d’héro en quinze ans), mais l’OD de CC est terrible et mortelle aussi. On sent sa tête exploser, si on connait et qu’on a le temps il faut se mettre en pls sur un canapé pour ne pas se blesser en cas de convulsions. Quand celles ci arrivent on perd connaissance et là c’est selon, si on est seul on se réveille sans souvenir. SINON ON PEUT MOURIR D OD DE CC. Ce n’est pas rare. Moi même j’ai fait deux OD. Et au départ je me disais que jamais je me shooterais à la c seule, cher, trop rapide et le malaise derrière, alors que pour le tiers du prix j’avais au moins 6h de kiff. Mais on s’habitue à la came, et malgré un sevrage on ne retrouve jamais sa virginité. Alors le speed ball devient plus intéressant. Puis, substitué on regrette l’euphorie et le plaisir qui ne sont pas dans la méthadone. Donc, souvent, on se tourne vers la coke, en IV car l’habitude de l’IV avec son effet rapide. Je découvre l’effet encore plus rapide du crack.
    Mais pour le shoot de coke, il vaut mieux (comme la coke et surtout à fumer) il vaut mieux ne pas y gouter. Car le premier shoot de cc vous fait un effet inoubliable, un plaisir intense inexplicable (je sais que je peux donner envie mais j’explique). Cet effet (comme pour le crack) on ne l’oublie jamais. On entend des « clochettes » et un son métallique quand elle est bonne, accompagné d’une euphorie extraordinaire. Juste après on devient un rat traqué dans sa tête, fou dans son comportement puis tout aussi dépendant qu’avec l’héro, des craving sans cesse et la tête dans le produit. En ressentant le flash on est déjà en train de preparer le prochain sans apprécier le premier, puis c’est la parano. Bref la coke a détruit ma vie plus vite et plus profondément que l’héroïne. Et je ne suis pas le seul à le dire. Le crack c’est moins violent mais fulgurant car si la coke de l’iv met moins de dix secondes à monter (c’est pour les trente secondes qui suivent qu’on fait ça), pour la fumée c’est encore moins. Et quand on a plus de veine c’est pratique, on en trouve à partir de 10e dans plusieurs endroits connus de Paris et St Denis (alors qu’à Nyc ce sont des crack houses) et c’est dur de se retenir. De ne pas enchaîner pipe sur pipe ou shoot sur shoot, alors qu’un shoot d’héro dure 6h, au pire on en prend toutes les trois heures. La coke a une image trop légère, elle est aussi voir, à mon avis, plus addictive et dangereuse, plus chère que l’héro. J’ai tout perdu à cause de cette poudre blanche alors que j’avais réussi à bannir l’héro de ma vie. Et je ne suis pas le seul à le dire.

    Répondre
  5. sky

    Par rapport aux nouveaux RC (cathinone) ce serait pas mal, je pense, de rajouter de nouveaux mélange en rapport avec cela.

    Exemple 3-mmc + pentedrone = les 2 produits ce booste entre eux, l’effet des deux est augmenter (en injection)
    Pour ne citer que ça.

    évidemment, si possible, ne le faite pas, ne consommer rien et le plus important si vous ne l’avez jamais fait, N’INJECTER JAMAIS à éviter à tout pris même une fois, surtout 1 fois…
    C’est plus facile de dire non au 1er que au 2eme !

    Répondre
  6. Delabarre

    Combien de temps faut-il pour se sevrer de l héroïne ?

    Répondre