La plupart des usagers de drogue mènent une « double vie »

écrit par ASUD, le 25-11-2009 Thème : Citoyenneté.

PARIS – La majorité des consommateurs de drogues illicites ne sont pas des marginaux mais des « populations cachées », constituées de personnes bien insérées socialement et menant une double vie, relèvent des spécialistes à la veille des Etats généraux des usagers (Egus) à Paris.

« Dans les discours politiques et la majorité des études en Europe, les usagers les plus précaires sont systématiquement mis en avant car ils sont plus visibles – ils souffrent d’addictions lourdes et ont souvent des problèmes avec la police et la justice », souligne Tom Decorte, professeur de criminologie à l’université de Gand. « Mais, notamment dans le cas de la cocaïne, il existe une grande part de consommateurs très bien intégrés – étudiants, cadres, intellectuels, politiques – qui maîtrisent leur usage et le dissimule pour échapper à la répression et à la réprobation sociale ».

Pour Henri Bergeron, auteur d’une récente « sociologie des drogues », « ces populations cachées continuent malheureusement à échapper aux chercheurs en raison des jugements d’ordre moral de la société et des politiques répressives marquant l’usage de certains produits psychoactifs en Europe ».

Pierre Chappard, membre de l’association d’usagers Asud, organisatrice des Egus de jeudi et vendredi, rappelle que de nombreuses personnes insérées, ayant un métier, une vie sociale et prenant des drogues illicites contactent Asud, de P., fromager et injecteur occasionnel d’héroïne, à J., médecin et sniffeur de coke.

« A cause de la répression et de la stigmatisation, ces usagers, qui représentent une majorité, ont tout à perdre en s’exposant », poursuit-il.

Ils mènent alors une « double vie », avec une séparation stricte de la vie privée et de la sphère publique, décrite par l’ethnologue Astrid Fontaine dans son livre sur « les drogues et le travail ».

« Comme la plupart des gens ne voient, ou n’entendent parler que des usagers de drogues très précaires et dépendants, ils ont une fausse représentation d’un consommateur asservi par les drogues et forcément irresponsable », ajoute M. Chappard, précisant que « ces idées reçues sont battues en brèche par l’addictologie et la sociologie ».

Cette stigmatisation n’est pas sans conséquences. « Quand un usager inséré se fait démasquer, c’est dévastateur: nous voyons trop souvent des hommes et femmes mis au ban de la société, exclus de leur travail, ou menacés de se voir retirer leur enfants, parce qu’ils se sont fait prendre à consommer des drogues illicites », s’insurge Pierre Chappard.

Au niveau sanitaire, la survivance de ces « populations cachées » comporte de nombreux dangers, insistent les spécialistes.

Dans la clandestinité, certains usagers insérés s’enferment dans leur consommation. Hors de portée des programmes de réduction des risques, ils tardent souvent à demander des soins quand ils n’y renoncent pas tout simplement de peur de tout perdre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires

  1. Complet Brouillé

    Ben voyons!…

    Qd on manq de « crédibilité » auprès des UDs, rien de tel que d’exclure, exclure exclure…Air connu…..! Et OUI, heureusement, ASUD, c’était « mieux » avant!!! et je suis visiblement pas le seul à le penser, et je vs E……!

    Répondre
  2. sego

    étrange…

    c’est marrant les personnes s’arrêtent rapidement dans les échanges… et on peut voir dans les commentaires l’impact de la pub sur certaines personnes… (j’ai pas la tv je viens de voir les fameuses pubs…avec le slogan du feu de dieu…).

    Répondre
  3. kahin

    Taxe cannabis

    Bonjours .En commentaire de l’article je dirai qu’il faut juste attendre le jours ou l’état aura trouver un moyen de taxé le cannabis et vous verrez il serra en vente libre .Ça ,c’est le meilleur des scénario .Aprés ,on peut penser au pire ou sous prétexte de vous protéger ,vous seriez obliger de passer un test urinaire par exemple pour souscrire une assurance ou pour établir vos cotisation social avec exclusion si vous consommé .Mais restons positif et espérons que la France suive le mouvement européen .

    Répondre
  4. sedan

    Sego…

    T’exerces toujours ton métier?

    a+

    Répondre
  5. truk

    a quoi bon…

    bien sur que non kahin, et en même temps bien sur que oui. Je m’explique : Ça n’est pas « comment » il pourront taxer, (si ça se trouve tout est déjà + ou – prévu), c’est QUAND il le pourront. Pour le moment la majorité des Français moustaches et camembert au vent ne sont pas prêts à en entendre parler. Même dans l’électorat de gauche. Si la majorité Sarko était prête et d’accord la-dessus, t’inquiète que t’en aurais déjà au tabac du coin. Mais les français sont de gros (et gras) cons, même ceux qui fument ne veulent pas voir leur gamin faire pareil. Jeu de dupe, pays d’abrutis…

    Répondre