« Vous allez crever avec votre drogue… mais proprement ! »

écrit par Bernard Bertrand, le 08-06-2009 Thème : Salle de conso.

Bernard Bertrand, créateur du site salledeconsommation.fr, nous fait part des messages qu’il a reçu sur son site suite à l’action « une salle de consommation à moindre risque à Paris », organisée le 19 mai dernier par le collectif « Asud, Anitea, ActUp Paris, Gaia, Safe, SOS Hépatites Paris, salledeconsommation.fr »

« Vous allez crever avec votre drogue… mais proprement ! »
Cette phrase édifiante, fut envoyée par un auteur anonyme sur le site http://www.salledeconsommation.fr suite à l’ouverture d’une salle de consommation à moindre risque (SCMR) à Paris lors de la journée mondiale des Hépatites.

Dire d’abord que les SCMR entretiennent la consommation de drogues car c’est bien de cela qu’il s’agit, c’est remettre en cause la politique de Réduction des risques alors que les résultats plus que positifs ne sont plus à démontrer.
Les SCMR font partie intégrante de cette politique, pragmatique qui vise à minimiser les dommages sanitaires et sociaux, alors même que les personnes sont encore dans une phase de consommation. En d’autres termes, il s’agit de maintenir et de préserver l’état de santé et l’intégration sociale des personnes consommatrices.

En France et ailleurs dans le monde, il existe d’autres offres qui s’inscrivent dans ce cadre : on peut mentionner la possibilité de manger gratuitement, de se laver, de dormir pour une somme modique, etc. Ces mesures s’adressent à toute personne – toxico-dépendante ou non – qui se trouve dans une situation de grande précarité. Ces offres font partie des mesures traditionnelles que propose un pays pour venir en aide aux plus démunis et ne sont pas contestées.

La question des SCMR est plus délicate, car elle s’adresse spécifiquement à des consommateurs de drogues et, c’est là que le bât blesse, car soutenir l’ouverture de SCMR demande l’acceptation, dans notre société (comme dans toutes les autres) de l’existence de personnes qui consomment des drogues. Cela demande également d’accepter, dans l’immédiat, notre impuissance à « aider » et à « guérir », ainsi que notre colère devant cette souffrance visible. La répression ne peut, à elle seule, répondre à cette problématique. Alors que faire ?

Nous, professionnels, soutenons qu’il faut être avant tout réaliste pour préserver la santé des consommateurs de drogues et leurs liens avec les dispositifs socio-sanitaires. Cette approche, qui repose sur le postulat que l’on ne peut contraindre une personne à entreprendre une sortie de dépendance, implique qu’il faut accepter les toxicomanes et les aider lorsqu’ils le demandent. Dès lors, pourquoi leur refuser des conditions décentes de consommation ?

Ensuite, il est curieux n’est-ce pas, comme chacun d’entre nous a un avis, en général bien tranché et assez simpliste, sur ce qu’il convient de faire ou pas faire pour les toxicomanes ?
La question des SCMR commence à susciter beaucoup de fantasme de ceux qui font de la guerre à la drogue, une guerre aux drogués.
Notre position individuelle ou collective sur la question des dépendances ne doit pas être liée à notre position vis-à-vis des personnes toxico-dépendantes. La question n’est pas tant d’être « pour ou contre les drogues » – sur cette question nous sommes majoritairement tous d’accord – mais plutôt de nous interroger sur notre capacité à tolérer des toxicomanes dans notre société. Cette position est certes plus délicate et mérite d’être débattue, mais elle permet d’être contre la consommation de drogues sans pour autant être contre les toxicomanes.
Il faut s’y faire, même si l’on souhaite l’abstinence et la réinsertion pour tous les consommateurs de drogues, ceci ne se fait pas en un « claquement de doigts » et cette démarche prend du temps. Pendant ce temps, autant que les pratiques de consommation soient le moins dommageables possible. Alors OUI aux salles de consommation à moindre risque, à comprendre comme une mesure intelligence, pragmatique, un outil supplémentaire à apporter dans le dispositif français pour les toxico-dépendants qui vise à permettre aux plus vulnérables d’accéder à des structures d’aide, d’accompagnement et de soins.
Encore un peu et l’auteur anonyme en question va m’accuser de faire de la psychologie de bas étage, mais si la réponse aux problèmes que pose la toxicomanie était simple, cela se saurait depuis longtemps !

Rappel

Les Salle de Consommation de drogues à Moindre Risque (SCMR) permettent de :
1) Réduire les problèmes de Santé pouvant découler de la consommation de drogues :

  • Limiter l’incidence de la transmission des Hépatites virales (VHB et VHC), du VIH et autres virus transmissibles par le sang ;
  • Réduire le développement d’abcès, d’endocardites et d’autres problèmes de santé pouvant résulter de la consommation de drogues lorsque celle-ci se déroule dans un cadre non-hygiénique (Cage d’escalier ; Entrée d’immeuble ; Shooting galleries ; Pîqueries ; Squats ; Toilettes publiques ; Square…).

2)Réduire les nuisances associées à l’usage de drogues dans les lieux publics et semi-publics :

  • Réduction de la visibilité de l’usage ;
  • Réduction de la criminalité ;
  • Réduction du nombre de seringues usagées laissées à la traîne dans l’environnement (Réduction de l’incidence de la transmission de maladies virales et les accidents par piqûre accidentelle).

3)Améliorer l’accès aux services socio-sanitaires et thérapeutiques chez les consommateurs de drogues les plus marginalisés :

Il s’agit d’améliorer l’accès aux soins et de toucher les consommateurs qui n’utilisent pas les services socio-sanitaires et/ou thérapeutiques.

4)Promouvoir l’éducation aux risques liés à l’usage de drogues :

Les SCMR permettent une éducation et information sur les pratiques de consommation à moindre risque directement au moment de l’acte. Cette éducation et cette information sont adaptées aux risques observés contrairement aux programmes d’échange de seringues qui envoient un message sibyllin : « Nous savons que certaines personnes consomment des drogues et afin de diminuer les risques sanitaires, nous leur donnons des seringues et autres matériels stériles, mais en revanche, nous ne voulons pas les voir consommer devant nous et encore moins dans nos structures ».

5) Réduire les coûts des services de Santé liés à la consommation de drogues :
Le rapport coût-efficacité avantageux de l’instauration de SCMR doit inciter les décideurs politiques à l’action :
Outre la perte tragique et coûteuse de vies humaines, certains méfaits peuvent être évités ou atténués et entraîner des gains sur le plan économique en soins de la Santé (traitement pour maladies chroniques, services d’urgence…) à l’instar de la mise en place des programmes d’échange de seringues pour limiter la propagation du VIH.
Les coûts d’application de lois répressives de lutte contre la délinquance et de la toxicomanie peuvent également diminuer : ces ressources pourraient alors être consacrées à la prévention, au traitement et aux soins de Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires

  1. Roselyne Vialaret

    Criminaliser et rejeter les pauvres, les précaires, les immigrés, les prostituées et les toxicomanes fait malheureusement partie du discours sécuritaire et trouve un écho de plus en plus favorable dans notre « beau » pays, « patrie des Droits de l’Homme ». En rejetant, en enfermant celui qui ne nous ressemble pas, « l’étranger », « le délinquant », « le drogué », « l’enfant violent », on efface du même coup sa propre responsabilité dans les politiques choisies. On préfère ne pas voir, ne pas entendre, ne pas écouter celui qui souffre et qui en se détruisant nous appelle au secours. On préfère ne pas savoir. On préfère juger, condamner et punir celui à qui la vie n’a pas donné les mêmes chances de réussite, les mêmes chances de droit au bonheur. La drogue est une violence faite aux corps – certains diront « violence choisie » – non, elle est ,malheureusement, pour certains, le seul « réconfort » pour apaiser leurs peurs, calmer leurs souffrances et « oublier » parfois les brutalités et les violences subies.
    Psychologie de bon marché ? Certainement, mais il en va de notre dignité d’homme d’apporter soins et compassion à celui qui est dans le malheur
    Les salles de la consommation permettront aux personnes en souffrance, au-delà de la consommation des drogues dans de bonnes conditions sanitaires d’y trouver écoute, réconfort et chaleur et ne seront pas seulement un lieu où « l’on viendra crever … proprement ».

    Répondre
  2. bighorse

    on juge ce qu’on ne connait pas; quand on ne sait pas on juge…notre pays souffre d’un mal ancien: celui du rejet, celui du mépris ,Mal qui se résume à un mot: intolérance
    or l’intolérance mène loin dans la voie des conflits.;la guerre en est la fille; quand on en vient à souhaiter aux tox de crever , alors oui on peut s’alarmer!! car qui sont les usagers de drogues sinon des jeunes gens pour la plupart, donc les enfants de parents??? des gens qu’on cotoie tous les jours, qu’on salue parfois ..de grace, ne souhaitez pas la mort à ces « enfants là »

    Répondre
  3. stefdurohne

    a quand une SCMR en province

    Je trouve ignoble le »vous allez crever proprement avec votre drogue » »,serait-ce un tox refoulé,a-t-il voulu dire « notre » drogue ».Bref il faut des faux de partout;ou alors marche-til la tete en l’air et ne vois nos gosse jouer dans les squars envahis par les seringues et autres.Je suis toxico depuis 15 ans et j’aimerai savoir à quand ces SCMR s’étendront-elles a la province(LYON)

    Répondre
  4. max

    bjr

    bjr a tt le monde c toi qui va crever connard ques que ta contre les toxico ta un probleme ce que ta dit ce dit pas ca aurai mm pas du etre poster

    Répondre