La MILDT met fin à 8 ans
de collaboration avec ASUD

écrit par Fabrice Olivet, le 15-10-2007 Thème : MILDECA.

Aujourd’hui, lundi 08 octobre 2007, l’association ASUD vient d’être informée officiellement par courrier que la MILDT ne soutiendra pas financièrement nos projets pour l’année 2007.

Après huit années de collaboration ininterrompue entre la MILDT et ASUD quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place, cette nouvelle est pour nous une surprise et une déception.
Cette dérobade handicape gravement la tenue des 4e Etat Généraux des Usagers de Substances licites ou illicites ( EGUS 4) et compromet le financement de la pré-enquête mis en place par ASUD en partenariat avec l’OFDT sur la demande des usagers en matière de traitements de substitution.
En espérant que cette absence de soutien « après un examen attentif de notre dossier » ne constitue pas le signal d’une hostilité de la MILDT à l’égard de la politique de réduction des risques en général, et en particulier du rôle que peuvent y jouer les usagers de drogues en tant qu’acteurs de leur propre santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires

  1. Julien Callejon

    Malheureusement….

    Bonjour à vous pour commencer,
    A mon avis, la décision de la MILDT de ne plus vous soutenir est en lien avec la politique actuelle du gouvernement en matière de réduction des risques, de prévention…Le social n’est pas à la mode en ce moment ! J’ai l’impression que l’état, ou du moins certaines instances, veulent retourner vers un système qui pronera l’abstinence obligatoire comme seule possibilité d’accès à une prise en charge de la toxicomanie,il n’y a qu’a voir les paroles du nouveau « patron » de la MILDT: « la meilleure réduction des risques est la réduction des drogues »…Ou va t’on ?!! Qu’est ce que ça veut dire ?!! De plus ils souhaitent classer la Buprénorphine dans les stupéfiants, ont-ils oublier tout ce que cette molécule, en plus de la RDR, a apportée à la lutte contre le VIH, l’hépatite C… Si ils font ça, les conséquences, tant sanitaires que sociales, seront catastrophiques, nous ferions un énorme bond en arrière. Mais j’ai bien peur que c’est exactement ce qu’ils veulent, la stigmatisation du toxicomane est de retour, est-ce que bientôt la consommation de substances illicites sera de nouveau passible d’emprisonnement ??? Déjà, les stages de « prévention » obligatoires qui sont imposés et payés par le toxicomane lui-même, c’est tout simplement scandaleux, merci Rachida Dati, merci l’UMP et bravo pour les « progrès » qui grâce à eux rimes avec régression…Ou répression !!!

    Répondre
  2. Julien Callejon

    Heureusement….

    Heureusement qu’il y a des gens qui bougent, qui font avancer les choses… Je suis Accueillant Social au « Sleep’in » de Marseille et je lance un message à tout les acteurs du travail social, NE LES ECOUTEZ PAS !!!! FONCEZ !!!!

    Répondre