Boom de la toxicomanie en Inde

écrit par ASUD, le 20-01-1993 Thème : Heroïne, International.

Toxicomanie de masse, explosion de la contamination intraveineuse du SIDA, et de la criminalité liée au trafic clandestin de l’héroïne : l’Inde se découvre un sérieux problème de drogue. Et commence à s’en inquiéter au plus haut niveau.

Dans un pays dont la traditionnelle tolérance en matière d’usage de stups faisait une sorte de paradis pour les défoncés du monde entier, on comprend mal au premier abord pourquoi cette pratique est soudain perçue et dénoncée comme un problème. Et tous les vieux de la vieille des années 70, qui se sont enfumés les poumons à Manali, bronzé les fesses à Goa, troué les veines à Bénarès et explosé la tête un peu partout de l’Himalaya au Cap Comorin, s’en étonneront sans doute.

Mais ce que nos routards ne saisissent peut-être pas, c’est qu’un fait nouveau a bouleversé toutes les données en la matière. À savoir, le développement sous l’influence conjointe des lois répressives de la fin des années 70 d’une part, et de la guerre dans l’Afghanistan voisin d’autre part, d’un trafic et d’une toxicomanie locales. Une toxicomanie dure, au brown sugar fumé ou shooté dans des conditions apocalyptiques par une population d’UD urbaine, juvénile et prolétarisée. Plus rien à voir avec la consommation traditionnelle de shit et d’opium. Ni avec l’héro ou la morphine qui, jusque là, ne faisaient que transiter par le pays et dont la consommation, objet d’une tolérance de fait, était l’apanage presque exclusif des touristes étrangers pourvoyeurs de devises.

Aujourd’hui, le brown sugar (et même la blanche) importé du Pakistan ou produit sur place comme à Bénarès, envahit les bidonvilles des grandes cités indiennes. Et, sans même parler des problèmes sanitaires (dont évidemment le SIDA), y provoque une explosion de criminalité tout naturellement liée au trafic, lui-même stimulé par l’attitude d’une police souvent corrompue et dont la répression à outrance fait payer les complaisances à prix d’or.

Résultat : « Eh bien par exemple », déclare au magazine “Interdépendances”, M. Gabriel Britto, directeur du NARC, un organisme semi-officiel de recherche sur la toxicomanie, « Nous avons pu observer environ 100.000 toxicomanes rien qu’à Bombay… Une situation d’autant plus grave que nombre d’entre eux sont contaminés par le VIH. Ainsi, une étude réalisée dans l’Etat du Manipur à l’Est du pays, sur 900 toxicomanes, a révélé que 50 % d’entre eux étaient séropositifs…» On imagine aisément le désastre à l’échelle d’un pays de plus de 700 millions d’habitants dont l’immense majorité vit au dessous du seuil de pauvreté…

Les raisons de ce relativement brusque essor de la “toxicomanie” sont en grande partie d’ordre international. La guerre en Afghanistan tout d’abord qui depuis 1979, a poussé les différentes factions de guérilleros en quête de financement à multiplier les centres de production de brown dans tout le pays. Une production jusque là modeste et cantonnée dans les zones tribales de la frontière pakistano-afghane et qui, en s’intensifiant jusqu’à un niveau quasi industriel, a dû se trouver des débouchés autres que les pays occidentaux ou l’Iran et le Pakistan voisin. L’Inde était d’autant plus indiquée pour tenir ce rôle que l’afflux massif de réfugiés a permis à nombre de caïds afghans de la dope de s’y infiltrer pour venir sur place y faire leur business, en collaboration – ou en concurrence – avec les mafias locales.

À l’autre extrémité du pays, tout à l’Est, le Myanmar (ex-Birmanie) – un des trois côtés du fameux “Triangle d’or” – a joué un rôle à peu près similaire, bien qu’à une échelle plus réduite et seulement pour l’héroïne blanche.

Troisième facteur, enfin, le développement du commerce avec l’Australie. Celle-ci produit, exporte et vend au gouvernement indien une production d’opium capable, tant au point de vue prix qu’au point de vue qualité, de concurrencer celle que les cultivateurs indiens de pavot écoulaient pour les besoins des industries pharmaceutiques nationales. Lesdits cultivateurs se trouvant dès lors en difficulté pour écouler un volume par ailleurs croissant de production, ont donc cherché d’autres débouchés, même illégaux, pour leur opium. Et les ont facilement trouvés – sur place, dans un trafic clandestin en pleine expansion.

Cette expansion du trafic, et donc de la consommation locale, est bien sûr également liée au développement de conditions sociales particulières… Et peut-être pourrait-on se demander si le brusque durcissement des lois et de la répression à la fin des années 70 n’y a pas tenu une certaine place. Hypothèse corroborée par l’explosion spectaculaire de la consommation d’héroïne entre 1977 et 1979. C’est à dire avant et après la vague de répression en question… Quoiqu’il en soit une chose est désormais certaine : ce n’est pas en réprimant que l’Inde conjurera la caractère angoissant de l’actuelle vague de toxicomanie…

Et peut-être une part de la solution réside-t-elle en germe dans un travail de recherche, d’information et de prévention en vue d’un traitement non plus policier mais sanitaire et social du problème.

C’est ce à quoi se consacrent Gabriel Britto et sa petite équipe du NARC. Et il serait intéressant de savoir quelles conclusions ils tireront de leurs recherches quand celles-ci les amèneront à constater la simultanéité de phénomènes comme le durcissement de la répression, la fermeture des traditionnelles boutiques d’opium et de cannabis ainsi que des fumeries, avec la progression soudaine et galopante de la consommation – notamment intraveineuse d’héroïne…

À l’échelle d’un pays comme l’Inde, il y aura certainement de quoi s’interroger sur l’incidence de la prohibition et de la répression – le malheur c’est que d’ici là, ils seront des dizaines, des centaines peut-être des milliers d’indiens à se retrouver contaminés par le virus du SIDA…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aucun Commentaire